BFM Business

Dieselgate: Bosch dans le viseur de la justice allemande

La justice allemande a ouvert une enquête sur Bosch.

La justice allemande a ouvert une enquête sur Bosch. - Thomas Kienzle - AFP

La justice allemande a ouvert une enquête contre Bosch. Elle soupçonne le fournisseur d'avoir trempé dans une fraude présumée de Daimler sur les émissions polluantes de ses voitures diesel.

La justice allemande a ouvert une enquête contre le fournisseur Bosch, soupçonné d'avoir trempé dans une fraude présumée de Daimler sur les émissions polluantes de ses voitures diesel, selon une information jeudi du quotidien Handelsblatt. "Nous enquêtons, aussi dans le cas Daimler, contre des salariés de Bosch en raison de soupçons de complicité", a déclaré un porte-parole du Parquet de Stuttgart (sud-ouest) au journal des affaires à paraître vendredi.

L'enquête contre des employés du constructeur des Mercedes, ouverte en mars, porte sur des soupçons de "fraude" et de "publicité mensongère" sur les niveaux de pollution réelle de ses voitures diesel. Daimler s'est toujours refusé à commenter la procédure en cours, tout en réaffirmant sa pleine coopération avec la justice.

Dans le collimateur de la justice américaine

C'est dans le cadre de cette investigation que la justice avait procédé mardi à de vastes perquisitions dans une dizaine de locaux de Daimler en Allemagne. Dans une procédure séparée, le même Parquet s'intéresse également à une éventuelle implication de Bosch dans le scandale planétaire aux moteurs diesel truqués de Volkswagen.

Plus grand équipementier automobile mondial, Bosch est un fournisseur privilégié des grands noms allemands du secteur. Le groupe non côté est également dans le collimateur de la justice américaine. Il fait notamment l'objet d'une plaine de clients de Volkswagen aux États-Unis, qui l'accusent d'avoir aidé à dissimuler l'existence du logiciel illégal fourni par ses soins au groupe allemand. Bosch a jusqu'à présent seulement reconnu avoir fourni à Volkswagen des composants du logiciel. Peu après l'éclatement du scandale aux États-Unis en septembre 2015, il avait lancé une enquête interne, qui n'est pas encore achevée.

D. L. avec AFP