BFM Business

Detroit : les constructeurs allemands veulent séduire les Américains

Le marché américain est devenu le premier de la Mini

Le marché américain est devenu le premier de la Mini - -

Le salon de Detroit s’est ouvert ,lundi 14 janvier, aux Etats-Unis. Dans les allées, les constructeurs allemands comme BMW, Mercedes et Audi tentent de grignoter des parts du marché américain.

On savait les Américains friands de Pick Up et de gros 4x4 bien gourmands en carburant. Le salon de l'automobile, qui se tient actuellement à Détroit, donne l'occasion de constater que leurs goûts sont bien plus variés que cela.

La Mini Cooper de BMW, petite citadine par excellence, s’y est lancée il y a une dizaine d’années. Aujourd’hui, avec 66 000 exemplaires vendus en 2012, soit une progression de 15%, les Etats-Unis sont devenus son premier marché. Loin devant la Grande-Bretagne, avec seulement 44 000 unités commercialisées.

Pour autant, les Américains continuent de préférer les modèles les plus imposants. Les Etats-Unis représentent ainsi le premier marché des versions sportives de la mythique voiture revisité, la gamme John Cooper Works…


La Mini John Cooper Works (BMW)

Reste que les attentes changent beaucoup d’une région à une autre. Dans le centre du pays, la région de Détroit justement, la version Country man, ce modèle baroudeur, proche du tout-terrain, rencontre un franc succès. A l’inverse, sur les côtes Est et Ouest, les modèles classiques et le cabriolet figurent en tête des ventes.

Le succès du petit modèle de la galaxie BMW donne en tout cas de l’appétit aux compatriotes du constructeur. Et pour mettre toutes les chances de réussite aux Etats-Unis de leur côté, certains se lancent dans la guerre des prix.

Les Allemands s’apprêtent à y lancer des modèles moins chers, destinés à concurrencer les marques grand public comme Ford, Toyota ou Honda, notamment chez les jeunes acheteurs.


Les constructeurs allemands veulent concurrencer Ford sur son propre terrain (BFM Business)

Au salon de Detroit, BMW, Mercedes et Audi ont présenté trois modèles qui illustrent ce virage stratégique. Trois modèles qui sont d'ailleurs aussi destinés au marché chinois. Ils représentent, écrit le Wall Street Journal, le plus gros effort des constructeurs allemands depuis dix ans pour abaisser leurs prix d'entrée-de-gamme sur le marché américain.

Leurs tarifs devraient se situer tout près du prix de vente moyen d'une voiture neuve aux Etats-Unis, soit 31 000 dollars le mois dernier. La cible ? Les clients entre 20 et 45 ans, pratiquement aussi nombreux que les baby-boomers, l'autre groupe-clé du marché automobile.

Mathieu Sevin et Laurent Mimouni et BFMbusiness.com