BFM Business

Des microfissures sur l'A380 d’Airbus

-

- - -

L'avionneur vient de déceler des microfissures sur les ailes du très gros porteur. Airbus assure qu’elles n'affectent pas la sécurité des appareils. Mais voilà qui ternit l’image du modèle, déjà bien entachée.

C'est Qantas qui a décelé la première fissure. La compagnie australienne s'en est rendu compte lors de l'inspection de ses A380. Depuis, Singapore Airlines a fait le même constat.

Pour Airbus, ce problème n'affecte pas une partie vitale de l'avion. Les réparations peuvent donc attendre les visites de grande maintenance encore plusieurs années. Mais l'agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) risque de ne pas l'entendre de cette oreille.

Vers une immobilisation de la flotte

L'EASA pourrait en effet imposer plus de réactivité à l’avionneur européen. Parmi les différentes options, la plus contraignante serait une immobilisation au sol de l'ensemble des 67 A380 en service à travers le monde, le temps d'effectuer les réparations.

Cette mesure extrême poserait de nombreux problèmes aux compagnies qui exploitent l'avion. Mais surtout, Airbus pourrait voir ses ventes d'A380 en prendre un sérieux coup.

Mathieu Sevin