BFM Business

Débordé par la délinquance, un hard-discount contraint de fermer

-

- - -

A Chambéry (Savoie), la direction d'un supermarché Ed a décidé de jeter l'éponge. Après des mois de vols, agressions et incivilités, l'enseigne à bas prix va fermer ses portes. Clients et employés n'en pouvaient plus.

Cela faisait plusieurs mois que la direction du supermarché, situé dans le quartier de Chambéry-le-Haut, recensait un nombre croissant d'actes délictueux: vols à l'étalage, agressions verbales, incivilités en tous genres. Pas plus tard que la semaine dernière, un des vigiles avait vu sa voiture partir en fumée sur le parking. Ce fut la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Immédiatement, les employés ont décidé de cesser le travail l'après-midi.

«Ça me fait chier !»

Et dans la foulée, la direction de Ed a annoncé que le magasin fermerait définitivement ses portes le 12 décembre. « Ben ça me fait chier ! Excusez-moi l'expression », tempête Jiuséphina, une riveraine et cliente de 53 ans. « Parce qu'on avait un petit magasin pas cher, juste à côté. Et maintenant on va devoir aller en bus à Carrefour. Tout ça à cause de la nouvelle génération. Maintenant les jeunes foutent plus rien de toute la journée, ils ne font que des conneries, ils s'attaquent aux voitures. C'est malheureux pour les habitants et c'est malheureux surtout pour les personnes âgées ». Pour Nora, une autre habitante, « ça va pénaliser ceux qui n'avaient pas beaucoup de moyens. C'est vrai que c'était très avantageux pour le porte-monnaie. Et je pense que ceux qui mettent la pagaille ne réalisent pas que ce sont leurs propres familles qu'ils pénalisent ».