BFM Business

De l'argent versé par Renault aurait été retrouvé en Suisse

L'argent que Renault a versé à un responsable de sa sécurité, aujourd'hui mis en examen pour "escroquerie en bande organisée", pour rémunérer les fausses informations censées étayer les accusations d'espionnage portées contre trois de ses cadres a été par

L'argent que Renault a versé à un responsable de sa sécurité, aujourd'hui mis en examen pour "escroquerie en bande organisée", pour rémunérer les fausses informations censées étayer les accusations d'espionnage portées contre trois de ses cadres a été par - -

L'argent que Renault a versé pour rémunérer les fausses informations censées étayer les accusations d'espionnage portées contre trois de ses cadres a été partiellement retrouvé sur un compte suisse ouvert par un de ses agents de sécurité, écrit mercredi le Canard enchaîné.

Dominique Gevrey, cet agent de sécurité, est mis en examen pour "escroquerie en bande organisée" et il est en prison depuis dimanche dans cette affaire où Renault admet désormais avoir été trompé. Le constructeur a présenté ses excuses aux trois cadres.

Environ 120.000 euros sur les 310.000 qu'il avait obtenus de la société pour rémunérer un supposé informateur ont été retrouvés sur un compte ouvert en 2010 dans une banque de Lausanne par Dominique Gevrey, dit l'hebdomadaire satirique.

L'agent de sécurité a provoqué le licenciement en janvier de trois cadres en expliquant qu'il avait découvert qu'ils détenaient des comptes en Suisse et au Liechtenstein. La police a aujourd'hui établi que ces comptes n'existaient pas.

Le compte suisse de Dominique Gevrey aurait été alimenté via d'autres comptes ouverts en Espagne et à Dubaï par un intermédiaire, ce qui est interprété comme une opération de dissimulation de l'escroquerie, selon le Canard enchaîné.

L'hebdomadaire raconte aussi une scène intervenue le 26 janvier dernier où Dominique Gevrey, pressé par Renault de dévoiler l'identité de sa "source", a fait venir l'avocat de la société Jean Reinhart à Bruxelles pour un supposé rendez-vous avec cette "source".

Dominique Gevrey, ancien agent de la sécurité militaire, est alors parvenu à mystifier l'avocat en lui faisant croire que sa "source" renonçait à la rencontre en raison de filatures.

Dominique Gevrey a été arrêté vendredi dernier à Roissy alors qu'il se préparait à quitter la France pour la Guinée.