BFM Business

Couvre-feu: les taxis et VTC privés de clients

A Paris et dans l'ensemble de l'Île-de-France, un couvre-feu a été instauré de 21h à 6h du matin. Un coup dur pour les chauffeurs de taxis ou de VTC.

A 21 heures, Paris s'éteint, au plus grand désespoir des taxis et VTC. Au micro de BFMTV, tous font le même constat, ils devront privilégier le travail en journée. L'un d'entre eux déplore: "C'est une catastrophe." Il affirme que la perte de son chiffre d'affaires est "colossale". Il l'estime à plus de 80% au mois d'octobre, par rapport à ce même mois l'an dernier.

Un de ses collègues renchérit:

"Depuis 9 heures du soir tout est à l'arrêt. Les gens ont respecté le couvre-feu. Ça va être mieux d'exercer en journée. Autant faire un chiffre dans les bouchons que rien faire le soir."

Penser à anticiper

Un troisième chauffeur de taxis estime qu'"il ne faut pas compter faire le moindre euro de chiffre d'affaires. On redoute les semaines à venir mais on va patienter. En espérant que ça redevienne plus normal".

Si les choses devraient revenir à la normale, cela ne sera pas pour tout de suite. En effet, le couvre-feu est entrée en vigueur en Île-de-France pour une durée d'au moins quatre semaines qui pourra être prolongée à six semaines, soit jusqu'au début du mois de décembre. Si le coup est dur pour les chauffeurs de taxis et VTC, il faut que les clients pensent également à s'organiser. Des exceptions au couvre-feu sont autorisées pour des raisons de santé, des motifs professionnels, voir un proche en situation de dépendance ou encore pour prendre un train ou un avion. Si dans ces cas-là, les Franciliens souhaitent prendre un taxi ou VTC, ils ont tout intérêt à anticiper.

BFMTV