BFM Business

Citroën met ses suspensions hydropneumatiques à la retraite

Les suspensions hydropneumatiques ont fait de la DS, présentée en 1955, un modèle marquant de l'histoire automobile.

Les suspensions hydropneumatiques ont fait de la DS, présentée en 1955, un modèle marquant de l'histoire automobile. - Eric Feferberg-AFP

Née avec la DS en 1955, la suspension hydropneumatique disparaîtra avec l'actuelle C5. La fin d'une ère pour les amateurs du "moelleux" propre aux berlines moyennes et haut de gamme de la  marque.

Les "citroënistes" vont la regretter. La marque aux chevrons a confirmé l'abandon de l'hydropneumatique qu'il avait déjà laissé entendre à de nombreuses reprises.

"Les suspensions hydropneumatiques, nous avons créé ça dans le passé, mais, maintenant, il y a des technologies plus modernes, moins chères, pour les mêmes sensations", a déclaré Linda Jackson, patronne de la marque, en marge du salon automobile de Francfort.

Ces suspensions disparaîtront avec l'actuelle C5, haut de gamme des berlines Citroën en fin de carrière. Elles y sont disponibles dans leur évolution "hydractive 3."

Dès 1954, ces suspensions avaient contribué à faire de la DS, présentée l'année suivante, un modèle marquant de l'histoire automobile. Depuis le 1er janvier 2014, DS est par ailleurs devenue une marque entière de PSA distincte de Citroën.

L'hydropneumatique a équipé le moyen et le haut de gamme

Par la suite, la marque aux chevrons avait équipé de cette technologie de suspension, de nombreux modèles haut de gamme (SM, CX, XM, C6) mais aussi des berlines moyennes (GS, BX ou Xantia).

Aux "citroënistes" qui regretteraient le confort moelleux et la tenue de route impériale dont l'hydropneumatique était devenue le synonyme, la patronne de la marque a promis que sa marque n'oublierait pas son héritage.

"Chez Citroën, les suspensions, c'est quelque chose de très important, c'est un atout. Mais, aujourd'hui, on a des technologies plus modernes pour créer les mêmes sensations. Cela sera très important pour Citroën dans l'avenir", a-t-elle assuré.

F.B avec AFP