BFM Business

Cette société française convertit le SMS en ticket de transport 

La société Atsuké sait gérer les commandes SMS, déclenche les paiements, génère des tickets de transport sécurisés et infalsifiables et les distribue par retour de SMS sur le mobile du passager.

La société Atsuké sait gérer les commandes SMS, déclenche les paiements, génère des tickets de transport sécurisés et infalsifiables et les distribue par retour de SMS sur le mobile du passager. - Pierre Verdy-AFP

"La société française Atsuké transforme le SMS en  un moyen de commande, de paiement et de réception d'un titre de transport sur son mobile. Les clients occasionnels des transports publics genevois l'utilisent depuis 2014."

Si le SMS a plus de vingt-trois ans d'existence, il peut encore rendre d'utiles services innovants. Utilisable par des téléphones mobiles anciens comme des plus récents, réputé simple, rapide et fiable, ce service de mini-message trouve un usage pragmatique dans les transports publics.

Issue fin 2014 du rapprochement de deux sociétés précédentes (Apocope et Go Shop), la société française Atsuké a une solution technique complète qui permet de délivrer un ticket de transport (bus, tramway, etc.) par envoi simple d'un SMS sans que le passager ait à créer de compte ou entrer de coordonnées bancaires.

Le SMS devient à la fois le canal de commande à distance, de paiement et de réception du billet dématérialisé. La société gère à la fois les commandes de ticket effectuées par SMS, déclenche les paiement et génère le ticket dématérialisé et infalsifiable, diffusé par retour de SMS au client. Le paiement se fait directement sur la facture téléphonique de l'usager, ce qui suppose un accord avec les opérateurs mobiles.

Nommée aux prochains trophées du salon Transports publics, dans la catégorie billettique, qui sera remis le 14 juin prochain, la société ambitionne d'accélérer son déploiement en France où elle n'est, paradoxalement, pas encore présente dans ce domaine. 

Les transports publics genevois ont vendu 4 millions de tickets sous forme de SMS en 2015.
Les transports publics genevois ont vendu 4 millions de tickets sous forme de SMS en 2015. © Les transports publics genevois ont vendu 4 millions de tickets sous forme de SMS en 2015.

Cette compétence particulière est en effet issue du rachat de la société suisse MNC (filiale d'Alcatel-Lucent) en 2014, spécialisée dans les systèmes de paiement par mobile. C'est d'ailleurs à Genève que cette technologie du SMS comme billet de transport dématérialisé et mobile a été lancée dès 2014 pour les utilisateurs occasionnels des transports publics genevois. L'achat du billet s'y effectue grâce à l'envoi d'un SMS sur un numéro court à 3 chiffres, qui ne coûte rien au client et qu'il reçoit en retour, toujours pas SMS, sous forme d'un code numérique.

Seul le coût du billet est facturé au client, via son opérateur téléphonique suisse (le service ne fonctionne qu'avec des cartes SIM suisses). Il est même possible de commander plusieurs billets (plusieurs SMS) sur un même téléphone, lorsqu'on voyage en groupe. Les utilisateurs de smartphone passent par une application mobile dédiée qui génère le SMS de commande du ticket, à envoyer, le paiement s'effectuant pareillement via les opérateurs mobiles.

Atsuké équipe les contrôleurs d'une application mobile pour iPhone et smartphone Android qui leur permet de contrôler la validité de ces tickets numériques en quelques millisecondes. Près de 4 millions de titres de transport en SMS ont été vendus en 2015 par les transports publics genevois.

En France, les transporteurs préfèrent le ticket "sans contact"

En France, plusieurs sociétés de transports publics urbains expérimentent une tout autre option technique pour dématérialiser le ticket sur téléphone mobile. À Caen et à Strasbourg, l'achat et la validation de ticket de bus ou de tram électroniques passent par la technologie sans contact NFC dont sont dotés certains smartphones.

La RATP prévoit aussi de recourir à cette technologie. Entre 2018 et 2020, les usagers équipés de smartphones pourront utiliser une application pour acheter des titres de transport et recharger leur carte et utiliser directement leur smartphone à la place de leur ticket de transport, si leur téléphone est équipé de la technologie NFC. Mais, cette solution n'est pas encore généralisable à tous les usagers contrairement au SMS, la technologie sans contact étant peu répandue sur les téléphones mobiles.

Frédéric Bergé