BFM Business

Cet acteur américain a un projet de "train" 5 fois plus rapide que l'Hyperloop

-

- - Hyper Chariot

Matthew Modine est le président d'Hyper Chariot, un concept de transport de type Hyperloop mais dont les capsules, plus petites que celles du projet d'Elon Musk permettraient d'atteindre des vitesses bien plus importantes.

Relier Londres à Édimbourg (l'équivalent de la distance Lyon-Lille) en huit minutes. Encore un projet fou de transport ultra-rapide. Encore plus impressionnant que l'Hyperloop puisque les capsules du projet Hyper Chariot seraient capables d'atteindre la vitesse ahurissante de 6400 km/h! Pour rappel, les capsules de l'Hyperloop voyageraient elles aux alentours de 1200 km/h. 

Et derrière cet ambitieux concept, on retrouve une équipe d'ingénieurs présidée par Matthew Modine. L'acteur américain qui a joué dans Full Metal JacketBirdy ou plus récemment la série Strangers Things de Netflix s'est entiché du projet et est depuis devenu le porte-parole de la firme. "Avec Hyper Chariot, nous ambitionnons rien de moins que d'apporter le transport spatial sur Terre, de connecter les villes et les pays comme ça n'a jamais été fait auparavant, explique l'acteur par ailleurs diplômé d'astronomie et qui se passionne pour les sciences et les moyens de transport propres. Hyper Chariot est un mode de transport autonome, contrôlé depuis un central et qui ne subit pas les aléas de la météo puisqu'il est dans un tube."

Un concept qui rappelle furieusement en effet l'Hyperloop d'Elon Musk. Il s'agit en effet de capsules qui sont catapultées dans un tube quasiment sous vide pour éviter la friction de l'air. Mais la différence, c'est la taille de la capsule et donc du tube. La technologie d'Hyper Chariot consiste en une capsule pas plus grosse qu'une voiture, ultra-légère (moins de 200 kg) capable d'accueillir au maximum six personnes. Une capsule Hyperloop en comparaison est bien plus grosse (la taille d'un car) pour un poids de 20 tonnes. Et cette différence changerait tout. Le tube de la technologie Hyper Chariot aurait une circonférence d'à peine 1,50 mètre ce qui permettrait de réaliser un vide plus important que dans l'Hyperloop dont le tunnel serait 2,5 fois plus grand.

115 euros le billet

Des capsules plus légères projetées dans un tunnel "plus vide". Résultat, les capsules iraient beaucoup plus vite. Avec une accélération incroyable: celles-ci passeraient de 0 à 1600 km/h en 60 secondes et pourraient donc atteindre une vitesse de pointe de 6400 km/h.

-
- © -

Le projet serait sérieux sur le plan technologique. Selon Nick et Joanna Garzilli, le couple d'Américains qui en est à l'origine, le concept de cette technologie dite ET3 serait né dans les années 80 et un brevet a été déposé en 1999. Le couple Garzilli assure même en avoir parlé à Elon Musk en 2013, qui aurait finalement préféré son projet d'Hyperloop. "Depuis, il nous met un peu des bâtons dans les roues", assure Nick Garzilli au Daily Mail.

Le projet d'Hyper Chariot serait, aux dires de ses concepteurs, plus économique que l'Hyperloop du fait de sa taille réduite. Le prix d'un billet Londres-Édimbourg serait selon la société d'environ 115 euros. Et la technologie serait sûre (les capsules seraient auto-guidées) et 100% propre puisque c'est l'énergie solaire qui fournirait l'électricité. 

Les fauteuils dans les capsules Hyper Chariot mettront les passagers dans la même position qu'un pilote de F1.
Les fauteuils dans les capsules Hyper Chariot mettront les passagers dans la même position qu'un pilote de F1. © Hyper Chariot

Plus rapide et moins coûteux, l'Hyper Chariot présente toutefois des inconvénients par rapport à l'Hyperloop en matière de confort. Du fait de la taille du tunnel (1,50 mètres de diamètre) les passagers ne pourraient pas se dresser. Donc pas de toilettes par exemple. Sans compter la sensation claustrophobique de se glisser dans un tunnel aussi étroit pour un voyage de plusieurs centaines de kilomètres. Des inconvénients compensés par l'énorme vitesse et donc le peu de temps passé à l'intérieur, plaident ses concepteurs.

Quoi qu'il en soit, le projet est lancé et la société compte ouvrir un premier centre de test l'année prochaine. Le couple Garzilli a déjà investi 1 million de dollars sur ses propres deniers dans le projet et a approché des investisseurs privés pour lever des fonds. Matthew Modine, lui, y croit et sera sans doute un bon ambassadeur du projet: "La technologie des transports stagnait depuis le milieu le début XXème siècle, il n'y avait pas eu de rupture depuis l'invention de l'avion et de la voiture, explique l'acteur. Nous avons attendu la prochaine révolution et elle passera par les véhicules autonomes, propres et ultra-rapides". Il faudra attendre cependant encore un peu. Hyper Chariot n'envisage pas de catapulter ses capsules avant 2040.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco