BFM Business

Ce qu’attend Citroën du championnat du monde des rallyes

Citroën signe son retour en championnat du monde des rallyes cette saison avec une nouvelle voiture, la C3 WRC.

Citroën signe son retour en championnat du monde des rallyes cette saison avec une nouvelle voiture, la C3 WRC. - Citroën Racing

Citroën fêtait ce week-end son retour dans le championnat du monde des rallyes, où la marque a brillé avec Sébastien Loeb. Le budget est conséquent, mais Citroën compte y redorer son image de marque. Et récolter pourquoi pas un peu d’argent.

"J'ai choisi le rallye, parce qu'après la Formule 1, c'est le sport automobile qui a le plus de retombées. Améliorer la notoriété de Citroën est une priorité". Dans sa veste rouge, aux couleurs de Citroën Racing, la directrice du constructeur, Linda Jackson est claire sur les raisons qui ont amené Citroën à revenir en championnat du monde des rallyes (WRC), après trois ans d’absence.

Plusieurs dizaines de millions d'euros de budget

C'est avant tout une question d'image. Le week-end dernier, lors de la première manche de la saison 2017 à Monte-Carlo, l’image était cependant plutôt côté coulisses que côté route. La première Citroën n'a pris en effet que la 5ème place, et la nouvelle voiture spécialement développée pour cette saison, la C3 WRC, ne s'est classée que 9ème.

Malgré ses résultats sportifs en demi-teinte, l’état-major de Citroën a joué la carte du glamour en principauté. Food-truck au mythique col du Turini, dîner façon fooding dans un garage sous le Sporting de Monaco, blogueuses lifestyle et YouTubeur pour toucher un public plus large que les fans de sport auto, Citroën en fait beaucoup. À la hauteur de l'argent dépensé pour cette saison. "Le WRC, c'est un budget à 2 chiffres", rappelle Arnaud Belloni, le directeur marketing de la marque.

Entre les salaires des pilotes (plusieurs millions d’euros pour les stars comme le Britannique Kris Meeke), une voiture qui coûte à l’unité pour l'année entre 200 et 300.000 euros, les coûts de développement engagés depuis un an, la facture grimpe vite. Pour une saison au plus haut niveau, le budget d’une équipe dépasse aisément les 50 millions d’euros. De quoi se payer plusieurs campagnes de publicité à l’échelle européenne. Pour couvrir ses frais, le constructeur s’est ainsi allié à Abu Dhabi Racing, une écurie qui est son premier sponsor. "Si on ne remplit pas nos objectifs dans les trois ans, on arrête tout, ça coûte une fortune", souffle un directeur de département chez Citroën.

Des futures séries spéciales?

La marque aux chevrons espère dans ce laps de temps être champion du monde et engranger les euros. "Quantifier les retombées est compliqué, tempère cependant Didier Laurent, journaliste sport automobile. L’achat d’une voiture est une décision importante, qui prend du temps. Difficile de tirer des liens de cause à effet. En revanche, Citroën engrangera des contacts de potentiels clients, via les réseaux sociaux par exemple".

La marque compte miser sur de futures victoires pour proposer des séries spéciales, peut-être un vrai modèle sportif. En dehors d’une Citroën C4 série spéciale By Loeb, Citroën avait dans les années 2000 peu capitalisé sur ses victoires en rallye. "Citroën n’est pas une marque estampillée sportive, contrairement à Peugeot, plutôt une marque associée au confort, tempère Rémy Cornubert, associé en charge de l’automobile au cabinet AT Kearney. La marque fonctionne ici à l’ancienne, en misant sur l’aura du sport automobile pour montrer la résistance des modèles".

Une voiture à 200.000 euros

Citroën pourrait tout de même tirer des revenus de la vente de sportives: les C3 WRC elles-mêmes. "À l’achat, un client doit débourser 200.000 euros minimum pour une C3 WRC", explique-t-on dans l’équipe Citroën Racing. Si on ajoute l’assistance et l’entretien, la facture des pilotes clients peut rapporter gros financièrement. Et en cas de victoire, quelle que soit la catégorie, l’image de la marque en profite. "Le plus important dans ce retour tient à l’image très populaire du rallye, partout dans le monde, PSA peut ainsi montrer son savoir-faire dans les pays où il veut se développer", souligne Didier Laurent. Bon timing, Citroën poursuit le lancement de la C3 dans toute l’Europe et lancera en avril un SUV à vocation mondiale au salon de Shanghai (Chine).

Pauline Ducamp, à Monaco