BFM Business

Carlos Ghosn: "notre démarrage en Chine sera rapide"

Carlos Ghosn voit une croissance de 1% du marché français pour 2014.

Carlos Ghosn voit une croissance de 1% du marché français pour 2014. - -

Le PDG de Renault-Nissan, interviewé par BFM Business au salon de l'automobile de Francfort, ce mardi 10 septembre, est notamment revenu sur son projet d'implantation du groupe en Chine.

Carlos Ghosn fait part de sa confiance pour le marché européen. Lors du salon automobile de Francfort, ce mardi 10 septembre, le PDG de l'alliance Renault-Nissan, interviewé par BFM Business, est notamment revenu sur ses prévisions pour les marchés français, européens et internationaux.

> Peut-on dire que la crise du marché en Europe est derrière nous?

"Nous sommes proches du bout du tunnel. Tous les indicateurs que nous avons montrent que l'année prochaine devrait être, au minimum, une année de stabilité des marchés européens et français. Il y aurait même une légère croissance: entre 0 et 1% pour le marché français, entre 1 et 2% pour l'Europe. Ce n'est pas grandiose mais, après cinq années de déclin, il est bon de voir un début de rebond."

> Quand reviendra-t-on à des niveaux d'avant-crise?

"Cela va prendre beaucoup de temps. A la base, il y a l'indice de confiance du consommateur. Cet indice va prendre du temps pour être récupéré, car il dépend des déficits des impositions et de la volonté des gouvernements en Europe de relancer la machine économique. Je m'attends ainsi à une récupération du marché européen graduelle et lente."

> Le projet de Renault en Chine est-il toujours d'actualité?

Ce projet est prêt. Evidemment nous dépendons des autorisations de l'administration chinoise. Actuellement, cette dernière est particulièrement tatillonne et cherche à s'assurer que tout est fait dans les règles. Nous sommes patients et attendons. L'important est d'aller sur ce marché avec un bon projet. Et notre démarrage en Chine se fera d'une manière très rapide, car nous allons pouvoir baser toute notre implantation sur la présence déjà très forte de Nissan dans le pays."

> Quand aura lieu cette arrivée officielle en Chine?

"Dans les prochains mois. Tout est prêt, nous attendons seulement le feu vert du gouvernement et je peux difficilement anticiper ce qu'ils vont faire."

> Quel est le but de la réorganisation récente de l'organigramme chez Renault ?

"Nous avons eu un évènement indépendant de la volonté de l'entreprise qui aboutit à la sortie du directeur délégué aux opérations. Nous avons adapté l'organisation à cette sortie.

Cette nouvelle organisation anticipe un certain nombre de mouvements à venir, notamment la responsabilisation des régions de Renault. En même temps, un autre mouvement consiste à organiser l'ensemble de l'amont de l'entreprise pour lui permettre de meilleure synergie avec Nissan. Cela suit une logique de fond qui consiste à faire croître Renault et renforcer notre alliance."

> La stratégie de montée en gamme est-elle importante pour Renault?

"C'est là où nous avons le plus d'opportunités. Aujourd'hui nous sommes très forts en entrée de gammes et en moyenne gamme. Nous sommes en train de développer, avec l'apport des plates-formes de Nissan, une gamme de produit crossover-SUV. Nous voulons apporter du luxe, du confort, quelque chose de très grande qualité sur des noms historiques dans l'entreprise."

J.M.