BFM Business

Carlos Ghosn et Bruno Le Maire inaugurent le site de production de l'Alpine A110

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, et Carlos Ghosn, PDG de Renault, viennent d'inaugurer à Dieppe la ligne de production de l'Alpine A110, qui marque ses ambitions dans le haut de gamme.

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, et Carlos Ghosn, PDG de Renault, viennent d'inaugurer à Dieppe la ligne de production de l'Alpine A110, qui marque ses ambitions dans le haut de gamme. - Charly Triballeau - AFP

Le Groupe Renault a inauguré à Dieppe la ligne de production de l'Alpine A110. La réédition de cette marque mythique a connu le succès dès sa présentation en 2016. Les 1955 exemplaires d'une série limitée ont été vendus en trois jours.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, et le PDG de Renault, Carlos Ghosn, ont inauguré ce jeudi à Dieppe (Seine-Maritime) la ligne de production du nouveau modèle sportif du constructeur français, l'Alpine A110, qui marque ses ambitions dans le haut de gamme.

Vêtu d'une tenue bleue aux couleurs d'Alpine, Bruno Le Maire a coupé un ruban tricolore devant un châssis en aluminium, marquant symboliquement le démarrage de la production. "Aujourd'hui nous sommes prêts, les premiers modèles vont sortir", a déclaré Carlos Ghosn avant de monter à bord du bolide pour faire un tour de piste avec Bruno Le Maire au volant.

Annoncée en 2012, la renaissance de la marque alpine a nécessité un investissement de 36 millions d'euros. L'industrialisation du nouveau modèle a créé 151 emplois dans l'usine Renault de Dieppe, berceau de la marquée créée en 1955. Le site emploie désormais 392 personnes en CDI. Ce site, dont la direction a été confiée à Pierre-Emmanuel Andrieux (32 ans) peut produire quinze Alpine par jour.

Aussi puissante qu'une Porsche 911 Carrera

L'Alpine A110 est un coupé sportif, biplace, qui se veut compact, léger et agile. Dotée d'un moteur quatre cylindres turbo de 1,8 litre, d'une puissance de 252 chevaux, il permet d'accélérer aussi fort qu'une Porsche 911 Carrera.

Renault fait ainsi renaître la marque mythique qu'elle avait rachetée en 1973 avant de la mettre en sommeil en 1995. Après avoir vendu il y a un an, en seulement trois jours, 1955 exemplaires d'une série limitée, Renault a ouvert les commandes de l'A110, début 2017.

À 58.500 euros (tarif catalogue), ce bolide est clairement plus cher que les modèles habituellement distribués par le groupe (qui inclut Dacia, Lada, Samsung Motors en Corée, outre le partenariat avec Nissan). L'A110 vient concurrencer notamment les Porsche 718 Cayman, Alfa Romeo 4C et Lotus Elise.

Renault n'a pas communiqué d'objectifs de ventes, mais la capacité de production de la petite usine de Dieppe est limitée à quelques milliers d'unités. L'objectif affiché n'est pas de faire de gros volumes, mais plutôt d'opérer une percée sur un segment "premium" en pleine expansion au niveau mondial et dégageant de fortes marges. 

De quoi permettre au groupe de gagner en image, dans un premier temps. Si le succès est au rendez-vous, Alpine pourrait par la suite se développer comme marque premium du groupe Renault, avec une gamme de véhicules.

P.S. avec AFP