BFM Business

Carlos Ghosn affiche les ambitions de Renault-Nissan

Le PDG de l'alliance automobile a annoncé viser des ventes annuelles de 14 millions de véhicules d'ici à 2022. Il a également indiqué que 12 modèles électriques seraient commercialisés.

Renault-Nissan a dévoilé son plan stratégique pour les prochaines années, ce vendredi lors d'une conférence presse de son PDG Carlos Ghosn. Accompagné de l'ensemble des directeurs de Renault, Nissan et Mitsubishi, le nouveau partenaire de cet ensemble, ainsi que des directeurs de l'Alliance, Carlos Ghosn s'est montré très offensif quant au futur du groupe.

"Au premier semestre cette année, nous étions le premier constructeur mondial, en termes de volumes de vente, même si les volumes ne sont pas un objectif en soi", n'a pas manqué de rappeler Carlos Ghosn.

30% de modèles électriques et hybrides d'ici 2022

Comme indiqué par BFM Business, l'alliance automobile prévoit ainsi notamment de commercialiser 12 nouveaux modèles de véhicules "100% électriques" d'ici à 2022, échéance de son nouveau plan stratégique. Au total, 30% de la gamme sera électrifiée en 2022, c'est-à-dire qu'un modèle sur trois sera hybride, hybride rechargeable ou électrique.

"Nous garderons notre leadership, nous avons dans le groupe toutes les technologies", a précisé Carlos Ghosn. Le président de l'Alliance s'est cependant refusé à donner la proportion exacte de voitures électriques. "Cela dépendra aussi beaucoup des réglementations mises en place notamment par les villes", a ajouté Carlos Ghosn.

"L'électrique est un axe fort, mais nous n'abandonnons pas le moteur thermique, poursuit Philippe Brunet, directeur responsable des motorisations au sein de l'Alliance. Le moteur thermique a encore de beaux jours devant lui, avec des progrès importants à venir. Sur les petits véhicules, les moteurs ne seront plus qu'essence. Des voitures moyennes comme la Mégane seront encore équipées de diesel. Le diesel restera majoritaire sur les grands véhicules, type berline et les utilitaires".

L'un des axes de développement de l'Alliance est aussi de miser sur l'hybride rechargeable. Mitsubishi maitrise cette technologie, et des échanges se mettront en place entre la marque japonaise et Nissan ou Renault. Même Daimler, partenaire privilégié de l'Alliance, pourrait bénéficier de l'hybride rechargeable Mitsubishi.

Plus spécifiquement, le Français Renault pourrait également aider le groupe allemand à transformer Smart en marque 100% électrique, comme l'a annoncé en début de semaine à Francfort le président de Daimler, Dieter Zetsche. Renault a en effet déjà largement développé l'actuelle génération de Smart cousine de la Twingo.

10 milliards d'euros de synergies

Plus globalement, Renault-Nissan vise des ventes annuelles de 14 millions de véhicules en 2022, soit une hausse de quelque 40% en six ans, a annoncé Carlos Ghosn.

Dans le même temps, elle a l'ambition de développer 40 modèles dotés de technologies de conduite autonome et de devenir un "opérateur de services de mobilité à la demande par véhicules robotisés". Les premiers services seront lancés dès 2018, avec notamment la mise sur le marché d'une voiture capable de rouler de manière autonome sur autoroute. L'état-major de l'Alliance a confirmé l'arrivée d'un véhicule 100% autonome "sans besoin d'intervention du conducteur", en 2022.

Récemment rejointe par Mitsubishi, l'alliance franco-japonaise souhaite également doubler ses "synergies", c'est-à-dire les économies nées du partage de fonctions communes entre les entreprises, à 10 milliards d'euros en six ans. L'Alliance reprend de plus en plus une stratégie qui rappelle celle du groupe Volkswagen. En 2022, sur les 14 millions de voitures produites, 9 millions se baseront sur seulement 4 plateformes différentes. 
Y.D. avec AFP et Pauline Ducamp