BFM Business

Bosch s’allie à Nvidia pour fournir un cerveau aux voitures autonomes

Volkmar Denner, CEO de Bosch, a officialisé l'alliance avec NVidia quelques jours après le rachat de Mobileye par Intel.

Volkmar Denner, CEO de Bosch, a officialisé l'alliance avec NVidia quelques jours après le rachat de Mobileye par Intel. - Tobias Schwartz - AFP

Bosch vient de conclure un accord avec Nvidia afin de fournir aux constructeurs automobiles un ordinateur de bord doté de "Xavier", une intelligence artificielle capable d'apprendre seule.

Bosch vient de conclure un accord avec Nvidia afin de fournir aux constructeurs automobiles un ordinateur de bord doté d’une intelligence artificielle. 

Le spécialiste des cartes mères pour jeux vidéo va donc fournir à l’équipementier allemand les éléments matériels et logiciels qui seront connectés aux capteurs installés par Bosch sur les voitures. Et plus besoin de mise à jour logiciel puisque la technologie de NVidia fonctionne en "deep learning", c’est-à-dire qu’elle apprend toute seule en fonction des situations qu’elle rencontre. 

Une Audi autonome avec Bosch et NVidia dès 2020

Cette plateforme baptisée Xavier, comme le personnage des XMen, a été présentée lors du CES de Las Vegas où NVidia a fait une démonstration particulièrement efficace. Lors d’un test effectué par 01Net, un véhicule autonome doté de Xavier détecte des obstacles même dans la plus totale obscurité. Mais surtout, il peut suivre une trajectoire sans marquage au sol. Bosch et NVidia estime qu’ils pourront fournir aux constructeurs, parmi lesquels Audi, une plateforme prête à monter dans les autos dès 2020. 

Pour NVidia, ce nouvel accord confirme ses ambitions dans l’automobile du futur. En janvier dernier, le groupe américain qui travaille déjà avec Tesla, a signé un accord avec ZF, un autre équipementier allemand. Face à lui, Intel qui a racheté Mobileye pour 15 milliards de dollars.

Comme le note Reuters, la société israélienne détient déjà 70% du marché de l’équipement de voiture autonome. Pour Volkmar Denner, CEO de Bosch, il est encore trop tôt pour dire quel effet la fusion pourrait avoir sur le paysage concurrentiel ou propre stratégie de Bosch. D’autant qu’Intel est l’un des fournisseur de l’équipementier allemand. Le dirigeant a toutefois confirmé à Reuters que désormais, "Mobileye est clairement un concurrent".

Pascal Samama