BFM Business

Boeing est en discussions avec Embraer pour une alliance

Boeing serait en discussions avec Embraer.

Boeing serait en discussions avec Embraer. - Carl Court - AFP

Le constructeur aéronautique américain pourrait prendre une participation dans l'avionneur brésilien. Ils sont en discussions.

Le constructeur aéronautique américain Boeing est en discussions avec Embraer pour une prise de participation dans l'avionneur brésilien. Cette affirmation du Wall Street Journal est confirmée par les deux entreprises. "Boeing et Embraer confirment aujourd'hui être en discussion sur un rapprochement de leurs opérations", indique un communiqué des deux constructeurs qui précise toutefois qu'"il n'y a pas de garantie qu'un accord résultera de ces discussions (...) toute transaction devant être approuvée par le gouvernement brésilien". 

"Boeing et Embraer discutent d'une transaction qui pourrait représenter une prime relativement importante pour Embraer, dont la capitalisation boursière s'élevait jeudi matin à quelque 3,7 milliards de dollars", indique le WSJ citant des sources proches du dossier. L'action d'Embraer progressait en fin de séance de 21% à la Bourse de Sao Paulo.

Selon le WSJ, les deux parties attendent un signal du gouvernement brésilien, qui peut s'opposer à une telle transaction, celui-ci disposant d'une "golden share". Cette action préférentielle donne à un État un droit de veto sur les décisions stratégiques où sa souveraineté est en jeu. Le constructeur aéronautique Embraer est en effet l'un des joyaux du pays avec une gamme d'avions civils et militaires. Toute décision stratégique passe donc par le couperet de l'État.

Revenir dans la compétition des moyen-courriers

Dans le segment des moyen-courriers, Embraer a lancé en 2013 la famille E-Jets E2, une nouvelle génération d'appareils dont l'entrée en service est prévue entre 2018 et 2020. En mettant la main sur ces appareils, Boeing pourrait revenir dans la compétition des moyen-courriers avec son rival historique Airbus, les E2 étant les futurs concurrents des CSeries fabriqués par Bombardier.

Mi-octobre, l'Européen avait annoncé un spectaculaire rapprochement avec le groupe canadien en prenant 50,01% de l'entité qui gère le programme de l'avion CSeries (100 à 150 places), au moment où Bombardier se trouve dans une situation financière périlleuse. Pour Airbus, la mainmise sur les CSeries (de 100 à 150 places) lui permet de compléter le bas de sa gamme, dont la plus petite version -l'A319- est capable d'embarquer 140 passagers tout en se concentrant sur le haut de sa gamme les avions de 180 places et au-delà.

D. L. avec AFP