BFM Business

Berlin soutient la future usine géante Bosch de puces pour l'automobile

Bosch veut devenir un acteur incontournable des composants électroniques pour l'automobile.

Bosch veut devenir un acteur incontournable des composants électroniques pour l'automobile. - Jose A.Torres-AFP

Bosch devrait bénéficier d'une aide publique de Berlin, avec l'aval de Bruxelles, de 200 millions d'euros sur le milliard d'euros que le groupe investira dans sa future usine de composants électroniques pour l'automobile. Un secteur industriel jugé stratégique par l'Allemagne et l'Europe.

L'Allemagne croit toujours en l'industrie des semi-conducteurs. Bosch a prévu d'investir un milliard d'euros dans une usine de puces électroniques en Allemagne destinées aux véhicules automobiles, sur fond de développement de la conduite autonome.

Il s'agit "du plus grand investissement pour une usine dans l'histoire de Bosch", a indiqué le patron de l'industriel allemand Volkmar Denner. La construction du site à Dresde sera achevée d'ici la fin 2019 pour entrer en production, avec ses 700 employés, fin 2021.

"Les semi-conducteurs sont des composants clés de tous les systèmes électroniques. Leurs champs d'application s'élargissent avec l'interconnexion et l'automatisation croissante. En 2016, chaque nouvelle voiture livrée dans le monde contenait en moyenne plus de neuf semi-conducteurs issus de sa production" souligne l'entreprise allemande. Bosch et Daimler ont déjà signé un accord de coopération technologique dans les voitures à conduite autonome.

Un investissement éligible au programme européen IPCE

L'entreprise recevra, sous réserve de l'aval de la Commission européenne, un sérieux coup de pouce financier de l'État allemand. Selon le secrétaire d'État à l'Économie, Matthias Machnig, cette aide publique pourrait aller jusqu'à 200 millions d'euros sur les trois prochaines années.

La bonne nouvelle pour Bosch et pour l'Allemagne vient du fait que ces aides publiques s'inscrivent dans le cadre du programme européen IPCE (acronyme pour "projet important d'intérêt commun européen") qui autorise les États membres à subventionner, tout en les aidant à financer, des projets stratégiques d'investissement.

Le choix de Dresde dans le land de la Saxe pour cet investissement constitue "un pas important pour la préservation et le développement de la compétitivité de la capacité de production allemande", a pointé de son côté la ministre social-démocrate de l'Économie Brigitte Zypries.

À Dresde, en Saxe, l'industrie électronique est très présente

À Dresde, la présence d'autres usines de semi-conducteurs comme celles d'Infineon ou de NXP forme un terreau industriel favorable au secteur industriel de la microélectronique, défini comme l'un des domaines d'importance stratégique par le gouvernement fédéral allemand.

Pour sa part, Bosch fabrique déjà des puces électroniques pour l'automobile depuis 1971. Il dispose d'une unité de production à Reutlingen dans le land du Bade-Wurtemberg, dans lequel il avait déjà investi 600 millions d'euros il y a sept ans.

Entreprise familiale non cotée et propriété d'une fondation, Bosch a été profondément transformée ces dernières années. L'industriel est devenu notamment l'un des plus gros fabricants de capteurs permettant de connecter les objets entre eux.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco