BFM Business

Après Google, Fiat Chrysler veut séduire Uber et Amazon

Selon Bloomberg, FCA serait aussi en discussion avec Amazon sur des voitures autonomes qui seront utilisées pour livrer les commandes à ses clients.

Selon Bloomberg, FCA serait aussi en discussion avec Amazon sur des voitures autonomes qui seront utilisées pour livrer les commandes à ses clients. - Sajjad Hussain - AFP

"La révolution de la mobilité change la donne pour les constructeurs traditionnels qui doivent désormais s'allier aux géants américains des technologies, qui ont eux-mêmes besoin de flottes de voitures autonomes pour développer de nouveaux services. Fiat Chrysler joue sur tous les fronts."

Rien n’est encore fait, mais Fiat Chrysler (FCA) tient à faire savoir qu’il a ouvert des discussions avec Uber sur un partenariat concernant des voitures sans chauffeur. Évidemment, ces modèles n’étant qu’au stade de la recherche, il ne s’agit pas encore de négociations, comme l’a indiqué à l’AFP une source proche du dossier. "Les discussions sont à un stade très préliminaire et Uber a des conversations avec plusieurs autres constructeurs automobiles", a-t-elle indiqué.

Cette indiscrétion intervient à un moment très particulier. La veille de sa publication par le Wall Street Journal, Bloomberg rappelait la signature début mai d’un accord entre FCA et Alphabet (maison mère de Google) pour lui fournir également des véhicules sans chauffeur. Ce partenariat pourrait être officialisé d'ici à la fin de l'année.

Dans cet accord, FCA fournira une centaine de véhicules à Alphabet pour que la géant californien étende ses tests de voitures autonomes sans chauffeur. FCA va concevoir spécialement pour Alphabet une version adaptée du monospace Chrysler Pacifica intégrant les technologies de conduite autonome du géant internet. Le groupe italo-américain serait aussi en discussion avec Amazon sur des voitures autonomes qui seraient utilisées pour livrer les commandes à ses clients. Le patron de Fiat Chrysler, Sergio Marchionne, s’est également dit ouvert à d'autres partenariats, y compris avec Apple.

Uber, Lyft et Gett sont ouverts à tous les accords

FCA n’est pas le seul constructeur traditionnel à vouloir signer des partenariats industriels ou commerciaux avec les géants du web (Apple, Google ou Amazon), du VTC (Uber, Lyft, Gett), mais aussi avec des compagnies de taxis.

Toyota a annoncé le 24 mai un partenariat stratégique et financier avec Uber. Il inclut les véhicules sans chauffeur, mais porte aussi sur le covoiturage. Volkswagen a lui parié sur Gett, avec un investissement de 300 millions de dollars. Ce concurrent d’Uber est une start-up israélienne fondée en 2010. Elle est déjà présente dans plus de 60 villes européennes, mais aussi à New York. Les chauffeurs qui travaillent pour Gett obtiendront des tarifs préférentiels s’ils achètent une Volkswagen.

L'américain General Motors n’est pas en reste. Le groupe a investi 500 millions de dollars en début d'année dans Lyft qui reste le principal concurrent d’Uber aux États-Unis dans le VTC.

Les Français misent plutôt sur l’autopartage. PSA vient par exemple d’injecter 18 millions d’euros dans Koolicar et entre ainsi en concurrence directe avec la SNCF qui a décidé de soutenir OuiCar à hauteur de 28 millions d’euros.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco