BFM Business

Anne Lauvergeon en pole position pour EADS

L'ex-patronne d'Areva avait aussi été annoncée à la tête de France télécom ou de la BPI

L'ex-patronne d'Areva avait aussi été annoncée à la tête de France télécom ou de la BPI - -

Paris veut nommer l'ancienne patronne d'Areva à la présidence du constructeur franco-allemand.

Anne Lauvergeon pourrait bien se retrouver à la tête d'EADS. Le gouvernement français est en effet favorable à la nomination de l'ex-présidente d'Areva Anne Lauvergeon à la présidence non exécutive d'EADS, à la place d'Arnaud Lagardère, ont déclaré dimanche les services du Premier ministre.Une information confirmée lundi 28 janvier par Pierre Moscovici sur France Info. Pour lui, la dirigeante a "toutes les qualités pour jouer un rôle majeur" au sein du groupe.

"Le gouvernement y est très favorable. En tant qu'actionnaire, nous pensons qu'elle a toutes les qualités requises pour être présidente non exécutive d'EADS", a déclaré Matignon à l'agence Reuters. "Les Allemands sont sur la même ligne et sont d'accord avec ce choix."

Selon une source gouvernementale française, le président François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel en ont parlé la semaine passée en marge du cinquantenaire du traité franco-allemand de l'Elysée, à Berlin.

Philippe Camus out

Parallèlement, Bercy a confirmé dimanche 27 janvier qu'Anne Lauvergeon et Jean-Claude Trichet ont été proposés pour représenter l'Etat français au conseil d'administration d'EADS, confirmant une information du Journal du Dimanche.

Le comité des nominations du conseil d'administration, réuni vendredi, a entériné ce choix. Un conseil d'administration de EADS doit se tenir d'ici 15 jours pour les valider. Ils doivent enfin être entérinés lors de l'assemblée générale extraordinaire d'EADS prévue fin mars.

Samedi, le Figaro avait fait état de l'intérêt du président d'Alcatel-Lucent, Philippe Camus, pour prendre la tête d'EADS, alors que son mandat à la tête de l'équipementier télécoms s'achève en mai. "Le gouvernement français n'est pas favorable à ce que Philippe Camus quitte ses fonctions à Alcatel compte tenu de son rôle dans les circonstances actuelles. Alcatel a de grosses difficultés et est confronté à des changements et des enjeux important. Il y a besoin de lui à Alcatel et ce n'était pas une bonne idée qu'il change pour EADS", a déclaré Matignon à Reuters.

Ce mois-ci, le nom de l'ancienne patronne d'Areva a été évoqué dans la presse pour remplacer Stéphane Richard à la tête de France Télécom/Orange, un scénario qui a toutefois été démenti par le gouvernement. Elle avait également été donnée l'an dernier favorite pour la direction générale de la Banque publique d'investissement, qui lui a finalement échappé.

AFP & Reuters