BFM Business

Alstom va se renforcer dans la signalisation

Après la vente de son activité énergie à GE, et la reprise du pôle signalisation ferroviaire de ce dernier, Alstom vise d'autres rachats dans ce secteur.

Après la vente de son activité énergie à GE, et la reprise du pôle signalisation ferroviaire de ce dernier, Alstom vise d'autres rachats dans ce secteur. - Alex van Herwijnen – Flickr - CC

Ce qui restera d'Alstom après la vente de sa branche énergie à General Electric restera à l'affût de rachat dans le secteur de la signalisation ferroviaire, a annoncé la direction du groupe ce 23 septembre.

Alstom aura une vie après General Electric. Après la finalisation de la reprise de ses activités énergie par l'Américain, le fleuron français cherchera des opportunités d'achats pour se renforcer dans la signalisation ferroviaire.

C'est ce qu'a annoncé Henri Poupart-Lafarge, le président du pôle Transport du groupe français, ce mardi 23 septembre depuis le salon ferroviaire de Berlin.

Le deal avec GE, conclu en juin, prévoit en effet la vente de ses activités dans l'énergie pour 12,35 milliards d'euros, ainsi que la cession de l'activité de signalisation ferroviaire de GE à Alstom pour 600 millions d'euros. Les deux opérations devraient être bouclées en même temps, au deuxième trimestre 2015, a indiqué Henri Poupart-Lafarge.

Alstom reste un fleuron français du ferroviaire

Alstom restera donc un groupe spécialiste de la construction et de la circulation de TGV, de tramways, métros et trains régionaux. Sa branche Transport est le quatrième fournisseur mondial d'équipements ferroviaires, derrière les chinois CNR et CSR et le canadien Bombardier, mais devant l'allemand Siemens, qui a un temps tenté de se rapprocher de son homologue français.

Le président du Pôle transport d'Alstom a par ailleurs rappelé que le rachat de la signalisation ferroviaire de GE apporterait 400 millions d'euros de chiffre d'affaires supplémentaire par an au groupe français. "On aura un bilan solide qui nous permettra de financer les acquisitions qu'on souhaitera faire", a-t-il également dit.

L'arrivée de l'Etat au capital, "une très bonne nouvelle"

Alstom a fait savoir en juillet qu'il communiquerait à la fin de l'année sur les perspectives de sa branche transport, et sur l'utilisation du cash reçu de GE. Jusqu'ici, le fleuron a assuré que le montant en cash versé par l'Américain lui servirait à renforcer ses activités dans le ferroviaire, à investir dans des alliances dans l'énergie avec GE, à se désendetter et à rémunérer ses actionnaires.

A propos de l'entrée de l'Etat à hauteur de 20% du capital d'Alstom, intervenue au terme d'un accord avec Bouygues, ex-actionnaire majoritaire du leader français du ferroviaire, Henri Poupart-Lafarge a estimé que c'était "une très bonne chose, ça stabilise Alstom".

Alstom Transport, qui emploie près de 28.000 personnes, a enregistré en 2013-2014 un chiffre d'affaires de 5,9 milliards d'euros. 

N.G. avec Reuters