BFM Business

Alstom: l'AMF met en garde l'Etat sur son accord avec Bouygues

L'autorité des marchés financiers estime que l'Etat et Bouygues agissent de concert dans le dossier Alstom.

L'autorité des marchés financiers estime que l'Etat et Bouygues agissent de concert dans le dossier Alstom. - -

Le gendarme de la Bourse a estimé, ce jeudi 3 juillet, que l'Etat et Bouygues agissaient de concert dans le cadre de la montée au capital d'Alstom. Invité de BFM Business, David Azema, le directeur général de l'agence des participations de l'Etat, a tenu à dédramatiser.

Le feuilleton Alstom n'est peut-être pas tout à fait terminé. Ce jeudi 3 juillet, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a en effet adressé une mise en garde à l'Etat français sur le risque présenté par sa stratégie de montée au capital d'Alstom, qui pourrait placer les pouvoirs publics à leur insu dans l'obligation de déclencher une offre publique d'achat sur le groupe industriel.

Dans un avis rendu public en fin de journée, l'AMF a ainsi estimé que "l'Etat et Bouygues (ndlr, actionnaire à 29,4% d'Alstom) agissent de concert" dans ce dossier et s'exposent donc au risque de dépasser à eux deux le seuil des 30% du capital, obligeant à une OPA.

L'Etat a en effet conclu un accord avec Bouygues, premier actionnaire du groupe avec 29,3% du capital, qui lui prêtera des titres et lui accordera une option d'achat portant sur 20% du capital d'Alstom pendant 20 mois à compter de la finalisation de l'opération. L'AMF souligne notamment que l'engagement de Bouygues à ce que l'Etat soit représenté au conseil d'administration matérialise le fait qu'ils ont un projet commun pour le groupe.

"L'accord n'est pas menacé"

Invité de BFM Business ce jeudi, David Azema, le directeur général de l'agence des participations de l'Etat (APE) a dédramatisé la situation. "Est-ce que cet accord peut être analysé comme une action de concert? N’ayant pas la réponse (au moment où la décision a été prise, ndlr), nous avons envisagé les deux hypothèses. Dans un cas comme dans l’autre, l’accord n’est pas menacé aujourd’hui", a-t-il assuré.

La mise en garde de l'AMF n'inquiète donc pas outre-mesure le dirigeant: "l’action de concert, c’est une action où l’on fait masse des titres des concertistes, ce qui peut conduire à franchir un seuil. Nous nous sommes engagés à ne rien faire qui pourrait nous conduire à franchir le seuil".

Y. D .avec agences