BFM Business

Alstom: "Nous envisageons des acquisitions supplémentaires"

Henri Poupart-Lafarge est le nouveau PDG du groupe industriel.

Henri Poupart-Lafarge est le nouveau PDG du groupe industriel. - BFMBusiness

"Délesté de sa branche énergie, le groupe industriel français a pour ambition de se diversifier en commercialisant plus de services, quitte à racheter des prestataires."

Quelques mois après la vente de sa branche énergie à General Electric, Alstom a remis à plat sa stratégie. Cette semaine marque l’annonce d’un plan sur 4 ans relativement ambitieux. Pour le présenter: un nouveau visage, Henri Poupart-Lafarge, devenu récemment PDG du groupe.

Il est notamment question de croissance externe. "Nous envisageons des acquisitions supplémentaires (…) Nous avons une capacité importante pour procéder à des acquisitions de petites et moyennes tailles", a-t-il confirmé ce jeudi sur BFM Business.

Pays émergents

Pour se différencier de la concurrence, Alstom table sur les services associés: signalisation, sécurisation, maintenance. "Nous avons pour ambition de fournir des systèmes de transport mais aussi des services, nous allons accompagner les opérateurs dans leur exploitation journalière", a précisé Henri Poupart-Lafarge. L’industriel vise notamment de nouveaux marchés dans les pays émergents afin de parer aux fluctuations de marché importantes en Europe.

Alstom dispose déjà de trois usines en Inde et compte accélérer. "Nous avons des ambitions de créer des usines mais aussi des centres d’engineering, dans différents continents" a expliqué ce polytechnicien, précédemment dirigeant du pôle transport depuis 2011.

Côté rentabilité, la direction d’Alstom projette de porter sa marge à 7% en 2020 contre 5% actuellement. Le marché des transports, sur lequel opère le groupe, progresse de 2,8% par an. Le carnet de commandes atteint 30 milliards d’euros, dont 5,9 milliards passé l’an dernier.

A.R.