BFM Business

Airbus remporte une manche face à Boeing à Farnborough

Airbus a fait mieux que Boeing à Farnborough.

Airbus a fait mieux que Boeing à Farnborough. - -

L'avionneur européen a fait mieux que son rival américain lors du salon aéronautique, avec 75 milliards de dollars de commandes et d'engagements, contre 40 milliards pour Boeing. Ce qui permet à Airbus de rattraper une partie de son retard.

Séance de rattrapage réussie pour Airbus. Ce jeudi 17 juillet, quatrième jour du salon aéronautique de Farnborough, l'avionneur européen et son rival américain Boeing on fait les comptes.

Et la moisson a, au final, été plus fructueuse pour l'avionneur européen. Airbus a ainsi signé pour 38,4 milliards de dollars de commandes et 36,9 milliards de dollars de protocoles d'accord, soit un total de 75 milliards de dollars au prix catalogue, sur 496 avions.

De son côté, Boeing affiche un total de 40,2 milliards de dollars au prix catalogue avec 201 avions, ces chiffres comprenant à la fois les commandes et les engagements d'achat.

Le succès de l'A330 neo

Le salon de Farnborough, qui s'ouvrira vendredi au grand public, a donc permis à Airbus de refaire une partie de son retard sur son concurrent américain. Au premier semestre, l'avionneur européen accusait, en effet, le coup face à Boeing, avec 290 commandes nettes contre 499 pour le groupe de Chicago.

Sur la base des annonces du salon, l'écart s'est désormais réduit à 648 pour Airbus contre 783 commandes nettes annoncées par Boeing depuis le début de l'année.

Parmi les faits le plus notables pour Airbus, le groupe européen a passé la barre des 3.000 commandes fermes sur l'A320 neo, version remotorisée de l'A320. Surtout, l'avionneur a su séduire ses clients avec l'A330 neo, nouvelle version de l'A330 dévoilée lundi. Cet avion a enregistré 121 intentions d'achat lors du salon.

De son côté, Boeing a annoncé la finalisation de la commande de Qatar Airways, portant sur 50 777-9X, pour un montant de 19 milliards de dollars au prix catalogue. Il s'agit de la principale commande pour le groupe américain.

L'attrait pour les modèles peu gourmands

De façon plus globale, les succès, lors de ce salon, des version neo chez Airbus et "X" chez Boeing montrent l'intérêt des compagnies et des loueurs pour les appareils les moins gourmands.

"Le coût de carburant est devenu le principal poste de dépenses des compagnies aériennes, soit environ 40% de l'ensemble de leur coût", expliquait à ce titre Fabrice Brégier, le président exécutif d'Airbus, à BFM Business, mercredi 16 juillet.

Julien Marion avec AFP