BFM Business

Air France tente de convaincre les pilotes de cesser leur grève

Le directeur général de la compagnie, Franck Terner, a écrit aux pilotes pour les ramener à la table des négociations.

Le directeur général de la compagnie, Franck Terner, a écrit aux pilotes pour les ramener à la table des négociations. - Eric Piermont-AFP

Alors que la grève se poursuit chez Air France, la direction a écrit aux pilotes. Le document, que s'est procuré BFMTV, vante la possibilité de négocier des mesures salariales catégorielles, en dépit de l'échec de la réunion du 5 avril.

Alors que le conflit social s'enlise à Air France, la direction a adressé un courriel à l'ensemble des pilotes, que s'est procuré BFMTV. Le courrier fait suite à l'échec de la réunion du jeudi 5 avril organisée au siège de la compagnie entre la direction et les seuls syndicats de pilotes.

Leurs représentants réclamaient une augmentation de 6% comme pour les autres catégories de personnel de la compagnie mais revendiquaient en plus une revalorisation de certaines rémunérations annexes qui conduiraient pour les seuls pilotes à une hausse de 10,7%.

Dans le courriel qu'elle leur a adressé, la direction tempère son discours affiché de fermeté pour tenter de séduire les pilotes et les amener à cesser leur grève. Et elle se déclare favorable au principe de négocier des mesures salariales spécifiques, à défaut d'accéder à la demande de l'intersyndicale d'une revalorisation des grilles de salaires de 6%.

"Nous l’avons dit lors de la réunion du 05 avril aux représentants des pilotes, nous sommes prêts à poursuivre des discussions concrètes sur les demandes. A titre d’exemple la revalorisation des grilles de rémunération pilotes, le forfait d’étape sur moyen et long courrier, la prime de commandement, la majoration de la rémunération des heures supplémentaires sont des sujets qui peuvent être négociés", explique la direction générale de la compagnie. La direction réitère sa demande que le conflit soit suspendu le temps de cette négociation.

Franck Terner, affirme dans son courriel, "je maintiendrai avec insistance le dialogue en convoquant de nouveau une réunion de négociation" tout en déplorant que "multiplier les jours de grève est regrettable et destructeur pour notre image et nos résultats". Selon le PDG d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, qui s'exprimait ce vendredi 6 avril, sur l'antenne de RTL, "chaque jour de grève coûte 25 millions d'euros" à la compagnie aérienne.

Frédéric Bergé