BFM Business

Affaire Volkswagen: "tout le monde triche plus ou moins"

Si le groupe allemand s'est fait prendre la main dans le sac avec son logiciel, l'ensemble des constructeurs s'arrangent pour rendre leurs voitures moins polluantes lors des phases de test. Explications du consultant Didier Laurent invité de BFMTV.

Le scandale autour de Volkswagen a jeté le doute sur l'ensemble du secteur ainsi que sur la fiabilité des tests d'homologation européen. "Les procédures sont clairement plus laxistes (qu'aux Etats-Unis, ndlr)", expliquait ainsi l'analyste automobile de Deutsche Bank Gaëtan Toutlemonde à BFMbusiness.com, mercredi.

Pour l'heure, Volkswagen est le seul à avoir officiellement été attrapé pour avoir installé un logiciel réduisant automatiquement les émissions d'oxyde d'azote lors des tests réalisés sur banc d'essai aux Etats-Unis. Mais en fait, "tout le monde triche plus ou moins, ou en tout cas adapte les voitures. Quand elles passent les tests ce sont des bolides de concours, ce ne sont pas des voitures que l'on trouve en concessions", explique sur BFMTV, Didier Laurent, consultant auto pour l'Argus.

"Il est tellement facile de tricher" 

"La réalité est que sur le terrain il n'y a pas une voiture au catalogue français qui consomme la même chose que ce qui est promis sur sa plaquette commerciale", insiste-t-il. Pour Didier Laurent tricher est, pour les constructeurs automobile chose "facile" même sans user d'artifices complexes comme "l'algorithme de Volkswagen": "Rien qu'en changeant les pneus on peut gagner 3 à 4 grammes de Co2".

Pour remédier à ce problème, Didier Laurent propose de "réformer en profondeur le cycle d'homologation" qui "depuis des années" ne colle pas à la réalité. Peu importe qu'il soit fait en laboratoire ou sur la route, "il faut qu'il soit réaliste et que l'on puisse comparer de manière efficace les modèles entre eux et surtout les types de motorisation", continue l'expert qui préconise ainsi un cycle par moteur (diesel, essence, hybride).

>> Retrouvez notre dossier "Tout comprendre du 'scandale Volkswagen'"

J.M.