BFM Business

Aer Lingus accepte d'être racheté par IAG

Aer Lingus veut que les différentes parties soient traitées de manière satisfaisante.

Aer Lingus veut que les différentes parties soient traitées de manière satisfaisante. - Karen Bleier - AFP

La maison mère de British Airways a fait une offre de 1,35 milliard d'euros. Les deux actionnaires de la compagnie aérienne irlandaise doivent encore donner leur accord.

La troisième fois aura été la bonne. La compagnie aérienne irlandaise Aer Lingus a annoncé, ce mardi 27 janvier, accepter sous conditions l'offre de rachat améliorée à environ 1,35 milliard d'euros d'International Airlines Group (IAG), la maison mère de British Airways et Iberia.

Le conseil d'administration est prêt à recommander l'offre de rachat, à 2,50 euros par action plus un dividende de 5 centimes, à conditions que les différentes parties soient traitées de manière satisfaisante, indique Aer Lingus, dont les principaux actionnaires sont l'Etat irlandais et Ryanair.

IAG avait déjà avancé deux offres à 2,30 et 2,40 euros, respectivement en décembre et début janvier.

Le groupe aérien hispano-britannique a promis que Aer lingus pourrait continuer à fonctionner en tant que compagnie distincte avec sa propre marque et à fournir des liaisons avec l'Irlande, un point important pour le gouvernement irlandais.

"IAG reconnaît l'importance de services aériens directs et des correspondances aériennes pour les investissements et le tourisme en Irlande et a l'intention de discuter avec le gouvernement irlandais pour s'assurer de son soutien pour la transaction", indique IAG dans un communiqué distinct.

La proposition doit encore déboucher sur une offre de rachat formelle et reste soumise à des conditions, si bien qu'il n'est pas encore certain qu'une transaction aura bien lieu.

Veto de la Commission européenne

La Commission européenne a mis son veto à un rachat d'Aer Lingus par Ryanair, qui a tenté par trois fois d'acquérir sa compatriote depuis 2007. Ryanair a aussi été sommée par les autorités britanniques de la concurrence de ramener sa participation dans Aer Lingus à 5%, une mesure qui fait encore l'objet d'un appel.

Le gouvernement irlandais a de son côté déjà laissé entendre qu'il était prêt à vendre sa part si les conditions, notamment de prix, étaient réunies.

IAG a déjà réalisé plusieurs acquisitions ces dernières années, avec la compagnie espagnole à bas coûts Vueling et la britannique Bmi. Après la restructuration d'Iberia, le groupe aérien n'avait pas fait mystère de son intention de continuer à jouer un rôle dans la consolidation du secteur.

D. L. avec AFP