BFM Business

A320: le copilote a reçu dans le passé un traitement pour tendances suicidaires

Le pilote Andreas Lubitz participant à un marathon en septembre 2009 à Hambourg, en Allemagne.

Le pilote Andreas Lubitz participant à un marathon en septembre 2009 à Hambourg, en Allemagne. - AFP - Foto Team Mueller Alternative Crop

La justice allemande a indiqué qu'Andreas Lubitz, le copilote soupçonné d'être à l'origine de la catastrophe aérienne, avait reçu un traitement pour des tendances suicidaires mais il y a de nombreuses années.

Le copilote de l'Airbus A320, soupçonné d'avoir précipité l'avion contre une montagne dans la sud-est de la France a suivi des traitements pour des tendances suicidaires dans le passé mais pas récemment, a indiqué lundi la justice allemande.

"Le copilote a été en traitement psychothérapeutique pour des tendances suicidaires il y a de nombreuses années, avant l'obtention de son permis de pilotage", a indiqué le procureur de Düsseldorf, Ralf Herrenbrück. 

Aucune tendance suicidaire attestée récemment

Après cela et "jusqu'à récemment, d'autres consultations chez le médecin ont eu lieu, donnant lieu à des arrêts maladie mais sans que ne soient attestées des tendances suicidaires ou de l'agressivité à l'égard d'autrui", a ajouté le procureur dans une brève déclaration écrite, sans préciser le motif de ces consultations et arrêts de travail.

Le Parquet de Düsseldorf a souligné qu'aucune lettre n'annonçant un éventuel projet de faire s'écraser un avion ou ne revendiquant le crash qui s'est produit mardi n'avait été retrouvée.

Rien "dans son environnement familial, personnel ou sur son lieu de travail" n'a permis jusqu'ici d'apporter des informations sur d'éventuelles motivations, a-t-il encore indiqué.

Des certificats d'incapacité de travail déchirés

Andreas Lubitz, 27 ans, est soupçonné d'avoir délibérément fait chuter l'avion de la compagnie allemande à bas prix Germanwings, contre la montagne, tuant 149 personnes et lui-même.

Vendredi, le Parquet de Düsseldorf, où vivait partiellement le jeune homme, avait annoncé qu'il faisait l'objet d'un arrêt de travail le jour des faits, le 24 mars. Les enquêteurs ont notamment retrouvé des certificats d'incapacité de travail déchirés.

Le portrait qui se dessine peu à peu est celui d'un jeune homme, présenté comme sportif, et souffrant de troubles psychologiques ou psychiatriques.

Le journal allemand Bild am Sonntag a affirmé que les enquêteurs avaient trouvé dans son appartement des ordonnances pour des médicaments prescrits aux maniaco-dépressifs, ainsi que de grandes quantités de somnifères.

La rédaction avec AFP