BFM Business

19 millions d'euros pour garder au frais les plats présidentiels à bord d'Air Force One

Après 25 ans de bons et loyaux services, deux réfrigérateurs d'Air Force One, l'avion du président américain, doivent être remplacés.

Après 25 ans de bons et loyaux services, deux réfrigérateurs d'Air Force One, l'avion du président américain, doivent être remplacés. - Nicholas Kamm-AFP

Boeing va remplacer deux réfrigérateurs géants vieux de 25 ans à bord de l'avion présidentiel de Donald Trump. Objectif: pouvoir embarquer 3000 plats afin d'assumer tous les repas pris durant un voyage de trois semaines.

Les nouveaux réfrigérateurs de l'avion présidentiel Air Force One vont coûter très cher aux contribuables américains. Un marché public publié sur le site de la défense américaine d'une valeur de 23,6 millions de dollars (19 millions d'euros) a été passé à Boeing pour deux équipements de réfrigération embarqués à bord du 747 utilisé par le président Trump pour ses déplacements.

Ils remplaceront deux réfrigérateurs entrés en service dans les années 1990 mais ne garantissant plus une fraîcheur optimale en raison de pannes récurrentes dues à leur (grand) âge. Ce marché, plutôt juteux pour la firme aéronautique américaine, inclut la conception de prototypes, la fabrication, l'approvisionnement et l'installation desdits équipements.

Les deux réfrigérateurs devront stocker 3000 repas

Les nouveaux réfrigérateurs embarqués dans les cuisines où sont préparés à bord les repas présidentiels sont de type "industriels". Ils auront une capacité de 2000 litres chacun, capables de stocker l'équivalent de 3000 repas afin d'assurer une autonomie alimentaire de près de trois semaines, sans qu'il soit nécessaire de se réapprovisionner, selon des normes inspirées de celles de l'armée américaine. 

Sur le site de la défense américaine où a été publié l'avis de marché public passé à Boeing, l'armée de l'Air précise qu'elle exige que les matériels actuels dans les offices soient modifiés "avec un nouvel arrimage d'aliments froids pour améliorer la fiabilité et la maintenabilité". Les nouveaux équipements fabriqués sur mesure à prix d'or devront être livrés avant le 30 octobre 2019.

La divulgation du coût exorbitant de ces équipements embarqués de réfrigération n'ont pas manqué de susciter des réactions acerbes outre-Atlantique.

Lors de la dernière campagne présidentielle en 2016, le candidat Donald Trump avait critiqué vertement le coût de la commande d’un nouvel avion présidentiel, décidée par Barack Obama. Quelques semaines avant son investiture, en décembre 2016, il avait même publié un tweet rageur réclamant l'annulation de la commande d'un nouvel appareil estimée à 4 milliards de dollars, selon lui.

De son côté, Eric Schultz, l’ancien conseiller de Barack Obama à la Maison Blanche, n’a pu s’empêcher sur Twitter (cf ci-dessus) de déclarer avec humour que l’administration démocrate "aurait sans doute été l'objet d'une procédure d'impeachment", si elle avait passé un pareil contrat.

Frédéric Bergé