BFM Business

Yelp pourrait subir la concurrence directe de Facebook

Yelp pourrait être concurrencé par Facebook.

Yelp pourrait être concurrencé par Facebook. - Spencer Platt - AFP

Le réseau social pourrait lancer un service identique à celui du site américain: recenser l'avis des internautes. Un projet qui inquiète particulièrement Yelp.

Yelp a été chahuté en Bourse. Le titre a perdu plus de 9%. L'action du site internet américain, où les internautes donnent leur avis sur des commerces locaux, a été plombée par la crainte de l'arrivée prochaine d'un nouveau service de Facebook qui lui ferait directement concurrence. Le réseau social américain semble avoir discrètement commencé à tester un service qui, comme Yelp, recense des avis d'internautes.

"Trouvez les commerces locaux avec les meilleurs commentaires et notes sur Facebook", propose une page intégrée au site internet du groupe, et remarquée mardi par plusieurs médias américains. Est-ce "le projet secret de Facebook pour battre Yelp?", s'interroge notamment le site spécialisé Search Engine Land. Le nouveau service propose de faire une recherche dans plusieurs villes parmi des catégories comme "plombier", "spa, beauté et remise en forme", "service pour animaux" ou "santé" par exemple.

Une passe difficile 

Les résultats listent une série de commerces et d'organismes disposant d'une page Facebook, avec des notes sous forme d'étoiles et des commentaires de clients, a constaté l'AFP. Yelp s'est imposé comme l'un des sites de référence quand il s'agit de trouver des avis d'autres internautes sur des restaurants, des commerces, des attractions touristiques, ou même des agents immobiliers ou des médecins. L'entreprise traverse toutefois une passe difficile, confrontée à la concurrence croissante de TripAdvisor ou d'autres acteurs en ligne comme Facebook ou Google, qui proposent de plus en plus de services rivalisant avec les siens.

Le Wall Street Journal avait même affirmé il y a quelques mois que Yelp travaillait avec des banques d'investissement pour tenter de se faire racheter, avec un prix visé autour de 3,5 milliards de dollars. Des efforts restés apparemment infructueux.

D. L. avec AFP