BFM Business

Yann Le Cun: "La traduction automatique est une priorité de Facebook"

Yann Le Cun dirige le centre de recherche mondial en intelligence artificielle de Facebook.

Yann Le Cun dirige le centre de recherche mondial en intelligence artificielle de Facebook. - Brian Ach-GETTY IMAGES NORTH AMERICA-AFP

Pour le directeur de la recherche en intelligence artificielle de Facebook, le réseau social a, dans ses priorités, le perfectionnement de la traduction automatique des contenus de ses membres. Deux milles paires de langues sont déjà traduisibles dans les deux sens.

"Facebook ne pourrait pas fonctionner tel qu'il est aujourd'hui sans l’intelligence artificielle" explique Yann Le Cun, de passage sur l'antenne de BFM Business. Directeur du laboratoire de recherche en intelligence artificielle du géant américain, dont une antenne a été créée à Paris en 2015, ce chercheur français renommé dirige 110 chercheurs et ingénieurs qui développent les technologies du futur. "On essaie de pousser l'état de l'art, de faire avancer la science et de développer des technologies qui puissent être utilisées dans les produits" explique-t-il.

"La traduction automatique des contenus publiés dans Facebook fait appel à des technologies d'intelligence artificielle. Le but est de traduire le post de quelqu'un dont vous ne comprenez pas la langue. Pour cela, il faut que le système comprenne au moins superficiellement le sens de la phrase et ensuite être capable de la transcrire dans une autre langue. Il y actuellement deux mille paires de langues qui peuvent être traduites dans les deux sens" souligne Yann Le Cun.

"La traduction ne marche pas encore parfaitement"

"La traduction automatique est prioritaire pour Facebook car sa mission est de connecter les gens entre eux. Cela permet à des membres de communiquer entre eux sans parler la même langue" argumente le chercheur. Il concède que tout n'est pas abouti en la matière. "La traduction automatique ne marche pas encore parfaitement. Elle est utile mais on n'est pas encore capable de traduire un roman en entier sans commettre de contresens" ajoute-t-il.

Les progrès dans l'intelligence artificielle sont issus du décollage de méthodes dites "d'apprentissage profond" (deep learning) qui ont amené des progrès énormes dans la qualité de la traduction automatique ou la reconnaissance de la parole et d’images.

"Ce sont aussi ces techniques qui permettent de concevoir des systèmes de vision destinés aux véhicules autonomes. Ces méthodes d'apprentissage sont toutefois limitées. Elles ne donnent pas la clé pour comprendre comment les humains peuvent apprendre aussi vite" conclut ce grand spécialiste de l'intelligence artificielle.

Frédéric Bergé