BFM Business

Yahoo garde finalement sa participation dans Alibaba

Yahoo a une participation dans Alibaba qui pèse 32 milliards d'euros

Yahoo a une participation dans Alibaba qui pèse 32 milliards d'euros - Justin Sullivan - Getty Images North America - AFP

Le groupe dirigé par Marissa Mayer a renoncé à se séparer de ses parts dans le géant chinois du e-commerce pour des raisons fiscales. Il va néanmoins se scinder en deux, en adoptant un nouveau schéma qui devrait l'amener à vendre ses activités historiques.

Yahoo fait finalement machine arrière sur l'avenir de sa participation dans le géant chinois du e-commerce Alibaba. En janvier 2015, le groupe dirigé par Marissa Mayer avait annoncé qu'il comptait créer une entreprise à part pour isoler cet actif en or (35 milliards de dollars ou 32 milliards d'euros).

Yahoo avait même donné un nom à cette société: "Abaco Holdings". Mais ce mercredi 9 décembre, le groupe a annoncé qu'il allait abandonner cette opération pour des raisons fiscales. "Nous avons des craintes sur le fait que le marché se serait posé des questions sur le risque fiscal (lié à cette opération, ndlr) ce qui aurait pénalisé le cours de Bourse d'Abaco jusqu'à ce que ces doutes soient levés", explique Marissa Mayer citée dans le communiqué.

Au lieu donc de créer une société pour loger la participation dans Alibaba, Yahoo opte pour un autre schéma qui aboutit peu ou prou à la même chose. À la différence que cette fois Yahoo se sépare de tout sauf de sa participation dans Alibaba.

"Les actifs et passifs de Yahoo autres que la participation dans Alibaba seraient transférés à une société nouvellement constituée, dont le capital sera distribué au pro rata aux actionnaires de Yahoo, résultant en deux sociétés cotées distinctes", indique le communiqué du groupe, ce qui rend possible une vente de cette entreprise et la fin du modèle d'activité historique de Yahoo.

Vers une vente des activités historiques

Yahoo est de plus en plus sous pression pour tenter de relancer une croissance désespérément en panne après trois ans d'efforts de sa patronne Marissa Mayer. Cette décision constitue un clair désaveu pour cette dernière, qui avait initié le projet de cession de la participation dans Alibaba en janvier 2015, mais représente à l'inverse une victoire pour le fonds activiste Starboard Value, favorable à une vente des activités internet de Yahoo.

"Le conseil d'administration va maintenant évaluer des structures de transaction alternatives pour se séparer d'Alibaba, en se concentrant spécifiquement sur une opération inverse par rapport à la scission annoncée précédemment", souligne ainsi le communiqué.

Une vente du portail internet créé en 1994, qui a vu le concurrent Google le dépasser irrémédiablement, et de ses autres activités en ligne apparaît désormais très probable.

J.M. avec AFP