BFM Business

Xerox mis sous pression par deux puissants investisseurs activistes

-

- - -

Le fabricant de photocopieurs et d'imprimantes est dans le viseur de Carl Icahn et Darwin Deason, qui possèdent plus de 15% du capital de la société. Ils souhaitent le départ du directeur général et militent pour une vente de Xerox.

Xerox, la "vieille dame" de l'industrie électronique américaine, traverse une période troublée sous l'action redoutable d'investisseurs activistes. Carl Icahn et Darwin Deason, respectivement deuxième et troisième actionnaires de Xerox, incitent fortement le fabricant d'imprimantes et de photocopieurs à envisager de se vendre et à changer de capitaine.

Détenant ensemble 15,7% de Xerox et alors qu'ils ne s'étaient jusqu'ici pas exprimés de concert, les deux actionnaires réclament le renvoi immédiat de Jeff Jacobson, son actuel PDG, en poste depuis un an. Une démission que Carl Icahn avait déjà réclamé à la toute fin de 2017.

Parmi les reproches invoqués pour justifier ce départ, les deux investisseurs fustigent l'accord de coentreprise avec le japonais Fujifilm Holdings jugé défavorable à Xerox qui n'en détient que 25% contre 75% pour son allié japonais.

Déclin des ventes de copieurs et d'imprimantes

Fuji Xerox a réalisé un bénéfice d'exploitation de 750 millions de dollars (612 millions d'euros) sur un chiffre d'affaires de 10 milliards de dollars lors de l'exercice clos fin mars 2017.

C'est déjà sous la pression de Carl Icahn que Xerox s'était séparé, au 1er janvier 2017, de son activité de services aux entreprises rebaptisée Conduent avec ses 90.000 salariés. Xerox, recentré sur la fabrication d'imprimantes et de copieurs multifonction, n'occupait alors plus que 40.000 personnes.

En dépit de ces mesures de restructuration, Xerox voit son chiffre d'affaires s'éroder inexorablement en raison du lent déclin des ventes d'imprimantes multifonctions. Sur son dernier trimestre connu en 2017, le troisième, clos le 30 septembre, son chiffre d'affaires total a baissé de 5%. Sur les trois derniers exercices annuels connus 2014, 2015 et 2016, la firme américaine est passé de 12,67 milliards de dollars à 10,77 milliards de chiffre d'affaires.

Frédéric Bergé