BFM Business

Xavier Niel s'intéresserait au marché britannique des télécoms

Iliad, maison mère de Free, a manifesté son intérêt auprès du régulateur britannique des télécoms pour entrer sur ce marché,

Iliad, maison mère de Free, a manifesté son intérêt auprès du régulateur britannique des télécoms pour entrer sur ce marché, - Bertrand Guay-AFP

Free étudierait son entrée dans les télécoms mobiles outre-Manche. L'opérateur aurait approché le régulateur britannique en ce sens, selon le Financial Times.

Xavier Niel entendrait profiter de la recomposition en cours du marché européen des télécoms. Iliad, maison-mère de Free, a manifesté son intérêt auprès du régulateur britannique des télécoms pour entrer sur ce marché, dans le cadre d'éventuelles recompositions à venir entre opérateurs mobiles, rapporte le Financial Times.

Selon le quotidien anglais, le projet de rachat de l'opérateur mobile britannique O2 (filiale de Telefonica), par le conglomérat hongkongais Hutchison, déjà propriétaire de l'opérateur mobile Three UK, pourrait en effet ouvrir la porte à une implantation d'Iliad au Royaume-Uni.

La Commission européenne a toutefois ouvert en octobre une enquête approfondie sur cette opération de fusion, craignant un impact négatif sur la concurrence dans les télécoms, outre-Manche.

Xaviel Niel veut tisser sa toile en Europe

Toujours selon le FT, les autorités bruxelloises de la concurrence, dirigées par Margrethe Vestager, "devraient forcer" le futur opérateur britannique né de la fusion "à vendre une partie de son réseau mobile à un tiers ou ouvrir son réseau à des concurrents", alors que le marché passerait de quatre à trois opérateurs principaux: Vodafone, EverythingEverywhere et le futur ensemble O2/Three. Interrogés par le quotidien britannique, ni Iliad ni l'Ofcom n'ont confirmé cette information.

Même s'il est probable qu'Iliad ne sera pas le seul à être intéressé par une éventuelle ouverture du marché britannique, ces intentions confirment bien la volonté de Xavier Niel d'étendre son emprise à l'international. Le fondateur de Free, via sa holding personnelle NJJ Capital, détient déjà la majorité de l'opérateur mobile suisse Salt (ex-Orange Suisse) et de Monaco Telecom.

Par ailleurs, Iliad avait échoué en 2014 à prendre le contrôle de l'opérateur mobile américain T-Mobile, détenu par Deutsch Telekom. Xavier Niel a récemment pris des options pour une participation de 15% dans l'opérateur historique italien TIM (ex-Telecom Italia), dans le capital duquel Vivendi est monté à hauteur de 21,39%.

F.Bergé