BFM Business

Xavier Niel ne croit toujours pas à un rachat de Bouygues Télécom 

Xavier Niel a réitéré qu'il ne pensait pas que Bouygues Telecom sera racheté par un de ses concurrents

Xavier Niel a réitéré qu'il ne pensait pas que Bouygues Telecom sera racheté par un de ses concurrents - AFP Eric Piermont

Free, fort de 16 millions d'abonnés dont 10 dans le mobile, distance Bouygues Telecom et ses 13,5 millions de clients (fixes et mobiles). Pour autant, Xavier Niel ne croit pas à une consolidation impliquant la filiale de Bouygues.

Pour Iliad (maison-mère de Free), son OPA sur la téléphonie mobile est en passe de réussir sur toute la ligne. Pour la première fois, le chiffre d’affaires annuel du groupe s’établit à 4,2 milliards d’euros, soit une hausse de plus de 11% et plus d'un milliard d'euros engrangés chaque trimestre.

Cette croissance s’explique par l'essor de son activité sur le mobile. Celle-ci, en valeur, a progressé de 28% en un an pour dépasser 1,6 milliard d'euros, soit 38% du chiffre d'affaires total.

Avec 10,1 millions d'abonnés, Free revendique 15% de part de marché, 3 ans après son entrée fracassante avec deux forfaits à prix cassés, sans engagement. L'opérateur est resté le 1er recruteur avec plus de 2 millions de nouveaux abonnés recrutés (net de résiliation) sur l'exercice 2014.

La part des abonnés mobiles à 20 euros aurait augmenté

Certes, ces 10 millions d'abonnés mobiles recouvrent plusieurs millions de clients à 2 euros/mois. Mais leur nombre exact continue d'être jalousement tenu secret. Tout juste apprend-t-on de la bouche de Thomas Reynaud, le directeur financier d'Iliad, que "le mix entre les clients à 2 euros et ceux à 20 euros s'améliore au profit de ces derniers."

Ces chiffres permettent à Free de distancer largement son grand rival, Bouygues Telecom, en nombre de clients. Le trublion des télécoms disposait fin 2014 d'un parc de 16 millions de clients (10,1 millions pour le mobile et 5,9 pour le fixe). A titre de comparaison, la filiale de Bouygues a vu son parc total de clients mobiles stagner à 11,1 millions en 2014. En dépit de la progression de 425.000 clients dans le haut débit fixe, Bouygues Telecom affichait un portefeuille de 13,5 millions de clients au total (11,1 pour le mobile et 2,4 pour le fixe).

En 2013, Free avait déjà dépassé Bouygues Telecom en nombre total d'abonnés avec 13,68 millions contre 13,1 millions pour son rival. A propos d'un éventuelle consolidation entre opérateurs français, dont Bouygues Telecom pourrait être la cible, Xavier Niel a réitéré qu'il n'y aurait pas de telles opérations : "Martin Bouygues a déclaré à plusieurs reprises qu'il n'était pas vendeur et il y a toutes les raisons de le croire. Il n'y aura de consolidation entre opérateurs."

Free ambitionne d'atteindre à terme 25% du marché mobile

En termes de chiffre d'affaires total, Iliad, avec 4,2 milliards d'euros, est aussi en passe de rattraper son rival, qui a engrangé 4,4 milliards d'euros en 2014. Le premier a augmenté de 11% l'an dernier tandis que le second a baissé de 5%.

En termes de ratio financier, c'est toujours le réseau fixe ADSL, qui a dégagé 736 millions d'euros d'Ebitda (résultat d'exploitation) en 2014 (+ 15,8%) et permet à Free de compenser le poids croissant des activités mobiles, à plus faible marge.

"Nous avons investi près d'un milliard d'euros dans notre réseau en 2014. Nous ne distribuons aucun dividende à nos actionnaires", s'empresse de rappeler Xavier Niel, qui détient encore plus de 60 % d'Iliad.

L'endettement net d'Iliad a atteint 1,084 milliard d'euros fin 2014 ce qui en faut un des opérateurs télécoms parmi les moins endettés d'Europe.

En terme de perspectives pour 2015, la maison-mère de Free vise une croissance de 10% de son Ebitda. D'ici la fin de la décennie, elle ambitionne d'atteindre une part de marché de 25% dans le mobile ainsi qu'une marge d'Ebitda supérieure à 40%, contre 30,8% actuellement.

Frédéric Bergé