BFM Business

WhatsApp désormais interdit aux moins de 16 ans (en théorie)

WhatsApp compte 1,5 milliard d'utilisateurs dans le monde entier.

WhatsApp compte 1,5 milliard d'utilisateurs dans le monde entier. - Lionel BONAVENTURE / AFP

L'application de messagerie fait passer son âge minimum d’utilisation de 13 à 16 ans en prévision de l'entrée en vigueur du RGPD.

Les 13-16 ans ne sont plus les bienvenus sur WhatsApp. La populaire application de messagerie a mis à jour ses conditions d'utilisation en amont de l'entrée en vigueur du règlement européen sur la protection des données personnelles, le 25 mai. Il faudra désormais avoir au minimum seize ans pour ouvrir un compte en Europe.

La filiale de Facebook ne précise pas encore de quelle façon le service s'assurera du respect de cet âge minimum, l'application n'étant pas en mesure de demander de preuve. Hors des frontières européennes, l'âge minimum d'utilisation de WhatsApp reste fixé à treize ans.

La question de l'âge est abordée de manière différente chez Facebook. La société de Mark Zuckerberg a développé une procédure par laquelle les parents ou les tuteurs européens seront en mesure de donner à Facebook la permission de traiter les données de leurs enfants âgés de 13 à 15 ans. Sans cette permission, les adolescents concernés n'auront droit qu'à une version allégée du réseau, rapporte Reuters.

Une nouvelle filiale en Europe

En parallèle, WhatsApp annonce la création prochaine d'une filiale européenne pour "respecter les nouvelles normes strictes de transparence". L’application au plus d'un milliard d'utilisateurs indique qu’elle ne partage pas d’informations avec sa maison mère Facebook, sans se l'interdire pour autant. "Comme nous l'avons indiqué par le passé, nous souhaitons travailler de manière plus étroite avec les autres entreprises de Facebook à l'avenir, et nous vous tiendrons informés à mesure que nous mettons en œuvre nos projets", est-il ainsi précisé dans un communiqué.

Pour rappel, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) avait mis en demeure WhatsApp en décembre dernier pour "utilisation non autorisée de données personnelles". La firme est accusée d'avoir partagé les informations de ses utilisateurs avec sa maison-mère. 

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech