BFM Business

Wandercraft va faire marcher les handicapés grâce à son exosquelette

-

- - Wandercraft

La start-up française est parvenue à lever 15 millions d'euros jeudi pour accélérer le développement de son exosquelette qui doit permettre aux handicapés moteur de marcher à nouveau.

La société française Wandercraft a annoncé jeudi avoir levé 15 millions d'euros auprès de divers investisseurs, pour accélérer le développement de son exosquelette visant à redonner la marche à des personnes en fauteuil roulant, pour un lancement commercial prévu fin 2018.

Alliant technologies robotiques et médicales, l'entreprise vient d'achever un premier essai clinique sur 10 patients paraplégiques pour évaluer la sécurité et la tolérance de sa prothèse autonome. Celle-ci réplique les mouvements du corps en comprenant l'intention de l'utilisateur par l'inclinaison de son buste. Des essais cliniques complémentaires doivent être lancés dès l'an prochain.

Une version pour un usage à domicile

L'un d'eux doit servir à obtenir "fin 2018" le marquage CE, autorisation de commercialisation dans l'Union européenne, pour la première version de l'exosquelette, destinée aux centres de rééducation, a expliqué Jean-Louis Constanza, responsable du marketing et des relations investisseurs chez Wandercraft.

D'autres études cliniques viseront à démontrer l'efficacité de l'exosquelette pour la rééducation et contre les nombreuses pathologies associées à un handicap moteur permanent: problèmes de vascularisation engendrant des lésions cutanées (escarres), troubles uro-digestifs, cardiovasculaires, neuromusculaires, obésité ou encore ostéoporose.

Une version de l'exosquelette pour un usage personnel à domicile est également en cours de développement, pour une commercialisation prévue à plus long terme.

Xavier Niel investisseur initial

"Il y a encore du travail, mais les plus gros obstacles technologiques sont levés", selon Jean-Louis Constanza. Wandercraft cherche notamment à réduire le poids de sa prothèse, qui pèse environ 50 kilos actuellement, en jouant sur son design, en allégeant les matériaux et en miniaturisant ses moteurs, a-t-il expliqué.

"On travaille en priorité sur la sécurité en cas de chute, sur le repérage des obstacles pour les franchir, en installant sur l'exosquelette plusieurs caméras dotées d'une vision 3D", a-t-il encore précisé. Le prix de cette future version sera "comparable à celui d'un fauteuil roulant électrique haut de gamme", selon Jean-Louis Constanza. Soit potentiellement plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Les investisseurs XAnge, Idinvest, Cemag Invest et LBO France ont contribué au dernier tour de table de Wandercraft, avec la participation de Bpifrance via le programme des Investissements d'avenir (PIA). Fondée en 2012 et non cotée en Bourse, Wandercraft avait jusqu'à présent levé quelque 4 millions d'euros, comptant parmi ses investisseurs initiaux Xavier Niel, le fondateur du groupe de télécoms Free (Iliad), puis l'industriel Groupe Gorgé en 2015.

N.G. avec AFP