BFM Business

Vivendi réfléchit à l’avenir de son opérateur brésilien

Vivendi réfléchit à l'avenir de sa filiale de téléphonie brésilienne GVT

Vivendi réfléchit à l'avenir de sa filiale de téléphonie brésilienne GVT - -

Le groupe a recruté les banques d'affaires Rothschild et Deutsche Bank pour l'aider à étudier ses options vis-à-vis de GVT. Vivendi envisage de céder sa filiale brésilienne de téléphonie, ou de l’introduire en Bourse.

Ce vendredi 17 août, l’agence Bloomberg affirme que Vivendi a recruté les banques d’affaires Rothschild et Deutsche Bank pour l’aider à étudier l’avenir stratégique de GVT, sa filiale brésilienne de téléphonie.

Le conglomérat pourrait choisir d’introduire en Bourse son opérateur brésilien acheté en 2009 pour 4,18 milliards de dollars. L’autre option envisagée par Vivendi consisterait à céder sa participation dans GVT. Cette hypothèse serait discutée ouvertement en interne, même si le groupe ne fait aucun commentaire.

GVT vaudrait près de 8,5 milliards d'euros, soit quatre fois le prix payé par Vivendi en 2009. Ainsi une vente permettrait au conglomérat de réaliser une belle plus-value. Mais l’opération serait aussi un crève-cœur au sein de la galaxie Vivendi.

En effet, GVT est une étoile qui brille par ses résultats et son potentiel. Cet opérateur, surnommé le "Free brésilien" affiche un taux de croissance phénoménal qui atteint 34% en moyenne sur la période 2006-2011.

Le réseau de téléphonie le plus moderne du Brésil

L'an dernier, sa performance et celle du développeur de jeux vidéo Activision, ont tiré vers le haut les résultats globaux de Vivendi. Bien aidé par des investissements massifs, l'opérateur dispose aujourd'hui du réseau le plus moderne du Brésil. Le marché potentiel est considérable.

Jean-Bernard Lévy, l'ancien patron de Vivendi, considérait cette acquisition comme "la décision stratégique la plus importante de ces dernières années". En se séparant de cette pépite, c'est aussi une partie de son héritage que le nouveau P.-dg Jean-René Fourtou liquiderait.

Anthony Morel et BFMbusiness.com