BFM Business

Viré en 24h par Twitter pour des propos jugés infamants sur les SDF

Cet ingénieur qui a tenu des propos méprisants sur les marginaux de San Francisco en 2013 a fait un passage éclair au sein de Twitter.

Cet ingénieur qui a tenu des propos méprisants sur les marginaux de San Francisco en 2013 a fait un passage éclair au sein de Twitter. - Youtube

Embauché en début de semaine par Twitter pour développer la réalité virtuelle, Gregory Gopman vient de prendre la porte après la révélation par le site TechCrunch de propos tenus il y a trois ans sur Facebook par l'ingénieur.

"Etttt je suis viré. Merci TechCrunch." Gregory Gopman va certainement en vouloir longtemps au site américain spécialisé dans l'info high-tech. Car l'ingénieur a sans doute eu la carrière la plus courte de l'histoire du réseau social américain Twitter. 24 heures. Embauché ce mardi 18 octobre pour s'occuper de la réalité virtuelle, une activité que Twitter compte développer, il a été licencié ce mercredi 19 octobre. Une petite journée de travail et puis s'en va.

Et ce ne sont pas ses qualités professionnelles qui sont en cause. Plutôt des propos tenus sur son compte Facebook en décembre 2013 et que le site TechCrunch a exhumés ce mardi dans un article. Le jeune homme qui vit à San Francisco avait choqué en tenant des propos peu amènes notamment sur les sans-abris et les marginaux de sa ville. 

"Tout juste de retour à San Francisco. J'ai voyagé autour du monde et je dois dire qu'il n'y a rien de plus grotesque que de marcher sur Market street à San Francisco. Pourquoi le coeur de notre ville a été envahi par des fous, des SDF, des vendeurs de drogues, des marginaux et des ordures? Je n'ai pas la réponse. À chaque fois que je passe devant, mon histoire d'amour avec San Francisco meurt à petit feu [...]. Vous pouvez faire preuve de compassion, prêcher l'égalité et avoir le plus grand coeur au monde mais il y a un coin dans cette ville pour les dégénérés et un coin pour les bosseurs. Il n'y a rien de positif à ce qu'ils soient aussi près de nous." 

Un long message qui lui avait valu de nombreuses critiques et qu'il s'était empressé de supprimer. Mais les captures d'écran de son message ont fini par sortir dans la presse créant au passage un grand malaise et un débat sur la déconnexion de la réalité des patrons de la Silicon Valley. Patron d'une petite start-up, Gopman a même fait partie du classement des pires patrons de l'année 2013 réalisé par le magazine Forbes

"Améliorer son profil sur Google"

Pour éteindre l'incendie, l'ingénieur avait à l'époque qualifié ses propos de pire erreur de sa vie. Il avait même créé "A Better San Francisco" une association pour venir notamment en aide aux sans-abris et tenter de trouver des solutions pour réduire les inégalités et l'accueil des réfugiés. Une initiative qui aurait eu surtout pour but de se racheter une virginité. Selon un responsable de la ville de San Francisco cité par TechCrunch, Gopman aurait fait ces efforts "pour améliorer son profil sur les recherches Google à son nom." Le collectif aurait en tout cas cessé son activité à cause de l'ego de son créateur selon le Guardian qui cite un ex-membre de l'association. 

En tout cas, les efforts semblent avoir payé (un temps) puisque Twitter l'a embauché en début de semaine. Est-ce que le site avait oublié l'épisode Facebook? A-t-il été convaincu par le mea culpa? Le réseau social n'a pas souhaité commenté. "Travailler chez Twitter était une expérience incroyable, bien mieux que ce que je pensais, explique Gregory Gopman au site TechCrunch avec certainement une pointe d'ironie. J'ai travaillé avec une équipe incroyable et on a fait des choses fabuleuses. C'est terminé mais je les aime toujours et leur souhaite le meilleur." Ne froisser personne... L'ingénieur prépare déjà sans doute sa conversion.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco