BFM Business

Un proche de Fleur Pellerin devient gendarme des télécoms

Sébastien Soriano va devenir le nouveau gendarme des télécoms.

Sébastien Soriano va devenir le nouveau gendarme des télécoms. - MCC- Didier Plowy

Le gouvernement a proposé de nommer à la tête du gendarme des télécoms ce proche de Fleur Pellerin et de Pierre Moscovici.

Enfin! Après des mois de tergiversations, le gouvernement a enfin trouvé un nouveau gendarme des télécoms. Mardi 23 décembre, l'Elysée a proposé de nommer Sébastien Soriano comme président de l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes).

Agé de seulement 39 ans, diplômé de Polytechnique et de Télécoms Paris, il a travaillé dans les services du gendarme de la concurrence dirigé par Bruno Lasserre, pour lequel il a gardé une grande estime. Il a aussi travaillé à l'Arcep, où il était défendait une plus grande concurrence dans les télécoms. 

Surtout, c'est un proche de Pierre Moscovici et de Fleur Pellerin. Il a débuté en politique en allant proposer ses services à Pierre Moscovici, qu'il admirait. Durant la campagne présidentielle de 2012, il fait partie de l'équipe de Fleur Pellerin, chef du pôle numérique dans l'équipe Hollande. Après l'élection, Fleur Pellerin est nommée ministre délégué du numérique et des PME, et le choisi logiquement comme directeur de cabinet. Quand, sur certains sujets, le cabinet Pellerin se retrouve divisé entre pro-Montebourg et pro-Moscovici, Sébastien Soriano choisit alors la ligne la plus libérale.

Puis, Arnaud Montebourg obtient la tête de Fleur Pellerin, qui est exilée au Commerce extérieur, puis rebondit à la Culture. A chaque fois, Sébastien Soriano la suit, non plus comme directeur de cabinet, mais plus modestement comme conseiller spécial. Rue de Valois, il était notamment chargé du dossier de la presse.

Vacance du pouvoir

Cette nomination doit encore être approuvée par les commissions des affaires économiques des deux assemblées. Ce qui pose un petit problème de calendrier, le parlement étant en vacances jusqu'au 5 janvier... Le gendarme des télécoms devrait donc se retrouver sans président durant quelques semaines, car le mandat du président actuel, l'atrabilaire Jean-Ludovic Silicani, expire le 3 janvier. Une telle vacance du pouvoir -une première depuis la création du gendarme des télécoms- montre à quel point ce choix a été long et laborieux.

A noter que la secrétaire d'Etat chargée du numérique, Axelle Lemaire, avait espéré mettre en place "un processus public et transparent", qui aurait impliqué la mise en concurrence de candidats, voire leur évaluation par un cabinet de recrutement, comme l'indiquait la Tribune. Mais cette idée n'a finalement pas été mise en place...

Les candidats du Conseil d'Etat recalés

Avec cette nomination, le corps des X-Télécom reprend la présidence de l'Arcep, jusqu'à présent détenue par un conseiller d'Etat. Certes, le Conseil d'Etat a bien présenté pléthore de candidats: Francis Delon, Pierre Collin, Christine Maugüé, Christophe Devys, Jean-Paul Faugère... "Mais tous ces candidats ont été recalés par le gouvernement, qui les a jugés soit trop à droite, soit trop novices en matière de télécoms", indique un conseiller d'Etat.

Parmi les autres noms qui ont circulé figuraient Olivier Schrameck (président du CSA), Catherine Trautmann (ancienne ministre socialiste de la culture), Thierry Dahan (vice-président de l'Autorité de la concurrence), ou Nathalie Homobono (directrice de la concurrence et de la consommation à Bercy).

Mais aussi plusieurs membres (ou anciens membres) de l'Arcep: Jérôme Coûtant, Joëlle Toledano et Philippe Distler.

Et enfin une série d'X-Télécoms: outre Philippe Distler, Emmanuel Gabla (membre du CSA), Pascal Faure (directeur général des entreprises à Bercy), Arnaud Lucaussy (directeur de la réglementation de TDF).

Par ailleurs, un poste de membre du collège est aussi à pourvoir pour remplacer Daniel-Georges Courtois. Pour ce poste sont avancés les noms de la juriste Martine Lombard, et de Cécile Dubarry (chef du service de l'économie numérique à Bercy).

La biographie officielle de Sébastien Soriano

Né en 1975, ancien élève de l’École Polytechnique et de Télécom ParisTech, Sébastien Soriano est ingénieur en chef du corps des Mines.

Après un premier poste de rapporteur permanent au Conseil de la concurrence (2001-2004), il rejoint l’Arcep en 2004, d’abord en tant que chef de l’unité 'marchés mobiles', puis à partir de 2007 comme directeur de la régulation des marchés haut et très haut débit et des relations avec les collectivités territoriales. En 2009, il est nommé rapporteur général adjoint à l’Autorité de la concurrence.

En 2012, Fleur Pellerin le désigne comme directeur de cabinet au ministère délégué chargé des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique. En 2014, il devient conseiller spécial de Fleur Pellerin au secrétariat d’État chargé du commerce extérieur, puis au ministère de la Culture et de la Communication.

Jamal Henni