BFM Business

Un drone pour découvrir le fond des mers sans aller dans l'eau

Une société finlandaise a présenté PowerRay, un robot sous-marin qui permet de voir depuis la surface les fonds sous-marins grâce à une caméra Zeiss en haute définition.

Cette innovation aurait certainement plu au commandant Cousteau qui a consacré sa vie à faire découvrir au grand public le monde du silence. Il s’agit du PowerRay, un robot sous-marin développé par PowerVision Technology, une entreprise finlandaise spécialisée dans les drones aériens.

Ce sous-marin de poche, pilotable à distance, permet de découvrir le fond des mers depuis la surface. L’appareil, qui a été présenté à Berlin le 11 avril, est équipé de caméras Zeiss qui transmettent en WiFi des images en haute définition sur un appareil mobile ou, pour avoir plus d'émotions, sur un casque de réalité virtuelle. Zeiss s’est associé dans ce projet à PowerVision Technology en adaptant des lunettes haut de gamme.

Sur l'écran d'un smartphone ou d'une tablette, le pilote voit les fonds, mais a aussi accès aux données techniques du drone.
Sur l'écran d'un smartphone ou d'une tablette, le pilote voit les fonds, mais a aussi accès aux données techniques du drone. © Capture vidéo PowerVision

Le sous-marin plonge à 30 mètres de profondeur, mais son sonar lui permet de voir 40 mètres plus bas et donc d’effectuer des plongées virtuelles à 70 mètres. Allongé sur un transat à bord d’un bateau, sur un lac gelé ou sur le bord d’un fleuve, le pilote peut diriger le robot, l’éclairage et les caméras grâce à une télécommande et observer le paysage en qualité UHD/4K sur une tablette ou un smartphone. Son autonomie est de quatre heures sans remonter à la surface.

Des accessoires de pêche en option

Malgré un tarif plutôt accessible (à partir de 1.500 euros), le PowerRay n’est pas un gadget. Il peut d’abord offrir le plaisir de découvrir des endroits inaccessibles. Mais équipé d’accessoires proposés en option, il permet également aux amateurs ou aux professionnels de pécher des poissons dans des endroits difficiles à atteindre même en plongeant. Il propose aussi d’explorer les épaves pour des missions ludiques ou de sauvetage, de repérer des objets qui peuvent nuire à la navigation dans les fleuves ou de filmer des compétitions sportives nautiques.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco