BFM Business

Uber ne rachètera pas Here, la cartographie de Nokia

Il y a quelques semaines, Uber s'est offert les solutions de cartographie de Microsoft et avec une centaine de spécialistes.

Il y a quelques semaines, Uber s'est offert les solutions de cartographie de Microsoft et avec une centaine de spécialistes. - Capture site Here

Rien n’est pour l’instant confirmé, mais, selon des informations du New York Times, Uber ne fait plus parti des prétendants à la reprise de Here. Nokia pourrait privilégier des constructeurs européens de voitures.

Rien ne va plus pour Uber. Le groupe valorisé à 50 milliards fait face à une offensive mondiale contre ses services. Et désormais, c’est sa stratégie qui semble compromise. Il proposait 3 milliards de dollars à Nokia pour racheter Here, son service de cartographie, mais, selon le New York Times, ce plan serait compromis. Le journal tient cette information de trois personnes "proches du dossier" qui ont dévoilées que le Californien serait même sorti des négociations. Pour le moment, ni Nokia, ni Uber n’ont désiré commenter cette information.

Toujours selon le NYT, le Finlandais préférerait trouver un accord avec un consortium de constructeurs allemands qui compte dans ses rangs BMW, Audi et Mercedes. Comme la presque totalité des constructeurs européens, ils utilisent Navteq qui est au cœur de Here et ils s'inquiètent qu'un géant américain s'installe aux commandes de leurs voitures.

Google à la fois financier et concurrent d'Uber

Si cette information se confirme, c’est un mauvais coup pour la stratégie d’Uber qui comptait sur ce service pour affronter Google dans le transport de personnes. Le géant californien vient en effet de lancer en test un service de covoiturage de proximité à Tel Aviv avec Waze. Et, pendant ce temps, Uber doit continuer à utiliser la cartographie de son concurrent particulier puisque, Google est aussi l’un des actionnaires d’Uber via Google Ventures.

La partie n’est pas pour autant finie pour Uber. Car si elle ne met pas la main sur Here, elle a réussi il y a quelques semaines à s’offrir les solutions de cartographie de Microsoft. Aucun détail de l’accord n’a fuité. Mais cela lui permet de rapatrier dans son giron une centaine de spécialistes de la cartographie.

Actuellement, ces services valent leur pesant d’or car ils sont au cœur des nouvelles activités de transport de personnes, mais aussi de livraison dont la première étape repose sur celle des repas. Et sur ce marché, Uber et Google ne sont pas seuls à avoir des ambitions. En Europe et en Asie, startup et grandes entreprises s’affrontent pour prendre pied sur cette activité au potentiel faramineux. Même Facebook est de la partie. Et, pour se faire un nom dans ce secteur, mieux vaut disposer de son propre service de cartographie.

Pascal Samama