BFM Business

Tim Cook l'avoue: Apple voit ses ventes d'iPhone décroître

Apple a confirmé mardi que les ventes de l'iPhone, qui tirent sa croissance depuis des années, devraient reculer ce trimestre, ce qui constituerait une première depuis le lancement du produit en 2007.

Apple a confirmé mardi que les ventes de l'iPhone, qui tirent sa croissance depuis des années, devraient reculer ce trimestre, ce qui constituerait une première depuis le lancement du produit en 2007. - Justin Sullivan-Getty Images North America-AFP

Le patron d'Apple a prévenu le marché que les ventes d'iPhone devraient reculer sur le trimestre en cours. Du jamais vu depuis le lancement de ce produit qui assurent les deux-tiers du chiffre d'affaires du géant californien.

Coup d'arrêt en vue pour la vache à lait d'Apple. Tim Cook a confirmé mardi 26 janvier ce que tous les analystes anticipaient: les ventes de l'iPhone, qui tirent sa croissance depuis des années, devraient reculer au cours du premier trimestre, ce qui constituerait une première depuis le lancement du produit en 2007.

"Nous pensons que les unités d'iPhone vont reculer sur le trimestre" qui s'achèvera fin mars 2016, a reconnu le directeur général d'Apple lors d'une téléconférence organisée avec des analystes, à la suite de la parution des résultats du trimestre achevé fin décembre 2015

Apple a certes battu un nouveau record trimestriel en écoulant 74,8 millions d'iPhone dans le monde. Mais c'est à peine mieux que les 74,5 millions enregistrés un an plus tôt, et la plus faible progression depuis la sortie en 2007 de la première version du célèbre smartphone.

Même si la marque à la pomme a d'autres produits emblématiques comme l'ordinateur Mac, la tablette iPad ou sa dernière nouveauté, la montre connectée Apple Watch, l'iPhone reste de loin sa première source de revenus: il représentait encore les deux tiers du chiffre d'affaires sur le trimestre clos fin décembre 2015.

Le chiffre d'affaires d'Apple devrait reculer

Impacté par le recul annoncé des ventes de l'iPhone, le chiffre d'affaires trimestriel d'Apple devrait reculer. Le groupe table sur 50 à 53 milliards de dollars sur les trois premiers mois de l'année. Cette prévision plus pessimiste que celle de la moyenne des analystes représenterait un net recul comparé aux 58 milliards de dollars comptabilisés un an plus tôt.

"Nous avons commencé à voir des signes de ralentissement en Chine ce mois-ci, en particulier à Hong Kong", a aussi reconnu Tim Cook, affirmant toutefois rester "très confiant dans le potentiel à long terme du marché chinois", où le groupe maintient selon lui ses plans d'investissement.

Cela n'a pas empêché Apple d'enregistrer un nouveau bénéfice net trimestriel historique de 18,4 milliards de dollars, augmenté encore de 2% comparé à la même période de 2014 où il avait déjà affiché le bénéfice net le plus élevé jamais enregistré par une entreprise tous secteurs confondus.

Le groupe n'a jamais non plus eu autant de liquidités disponibles: 216 milliards de dollars fin décembre. "Nos résultats sont particulièrement impressionnants étant donné l'environnement macroéconomique mondial difficile", a insisté Tim Cook, évoquant "des conditions extrêmes comme nous n'en avons jamais expérimenté auparavant partout où nous regardons".

Frédéric Bergé avec AFP