BFM Business

The Center, une ville uniquement conçue pour tester des nouvelles technologies

The Center reproduit toutes les caractéristiques d'une ville américaine moyenne.

The Center reproduit toutes les caractéristiques d'une ville américaine moyenne. - -

A la fin du mois de juin, les travaux d’une cité entièrement nouvelle vont débuter au Nouveau-Mexique. Elle n’accueillera pas d’habitants, mais des chercheurs qui pourront en faire leur laboratoire grandeur nature.

Au Nouveau-Mexique, une ville expérimentale, The Center, va prochainement voir le jour. Le lieu de son implantation vient tout juste d’être choisi, près de la ville de Hobbs. Les travaux vont ainsi pouvoir débuter à la fin du mois de juin et devraient être terminés fin 2014 ou début 2015.

Le promoteur du projet, Pegasus Holdings, n’a pas l’intention d’y héberger des habitants. Il compte y accueillir des scientifiques, issus de laboratoires privés ou bien d’universités, œuvrant dans les technologies vertes de demain.

The Center leur servira donc de laboratoire grandeur nature pour tester des solutions d’énergies renouvelables, des nouvelles générations de communication sans fil, des réseaux intelligents ou encore des systèmes de sécurité. Le lieu s’avère aussi parfait pour expérimenter les voitures sans chauffeur.

Un réalisme poussé dans les moindres détails

Pour que ces chercheurs puissent effectuer leurs expériences scientifiques dans les conditions les plus proches du réel, les plans de The Center ont été calqués sur une ville existante, Rock Hill, située en Caroline du Sud. On y trouvera un centre-ville, avec ses rues et ses magasins. Mais aussi des quartiers résidentiels dont les maisons et immeubles seront construits dans un panel de styles qui reproduira toutes les contraintes en matière d’isolation ou de matériaux de construction… Le réalisme sera poussé à tel point que "dans les habitations, on pourra trouver des toilettes et des machines à laver", précise le promoteur. Potentiellement, The Center pourrait héberger 35 000 habitants.

Pour sortir de terre cette cité-laboratoire, Pegasus Holdings va investir près de 400 millions de dollars. La société mise sur une création de 350 postes et évalue le nombre d'emplois indirects à dix fois plus.

Coralie Cathelinais