BFM Business

Telegram lève massivement des fonds pour créer une crypto-monnaie

La messagerie voudrait créer une cryptomonnaie.

La messagerie voudrait créer une cryptomonnaie. - Christophe Archambault - AFP

La messagerie crypté à informé le gendarme américain de la Bourse qu'elle avait récolté 850 millions de dollars auprès de 81 investisseurs. Il s'agirait de la première phase d'une levée de fonds en crypto-monnaies qui pourrait atteindre 3,8 milliards de dollars

La presse spécialisée et les analystes du secteur bruissaient depuis de semaines de rumeurs indiquant que Telegram cherchait à créer sa propre crypto-monnaie. Et elles étaient visiblement fondées. La messagerie cryptée a en effet levé 850 millions de dollars pour développer des technologies de blockchain, à la base des crypto-monnaies. Cette opération constituerait un record pour ce secteur.

Les frères Pavel et Nikolaï Dourov, fondateurs de Telegram, ont récolté cette somme auprès de 81 investisseurs, lit-on dans un document disponible lundi sur le site internet de la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme américain de la Bourse. Cette levée de fonds s'est faite via deux sociétés enregistrées aux Iles Vierges britanniques,

"Les émetteurs ont l'intention d'utiliser la somme pour développer la TON Blockchain, pour développer et entretenir la messagerie Telegram et à d'autres fins décrites dans les documents de cette offre", précise la SEC.

3,8 milliards de dollars

Selon des experts interrogés début février par l'AFP, il s'agirait de la première phase d'une levée de fonds en crypto-monnaies (ICO), qui pourrait atteindre 3,8 milliards de dollars et constituerait un record en la matière. La première levée de fonds de 850 millions de dollars dépasse largement les sommes habituelles en matière d'ICO, qui ne dépassent pas 300 millions de dollars. Telegram n'a pour l'instant pas officiellement confirmé ses intentions.

La messagerie Telegram, créée en 2013 par les frères Durov, est avant tout connue pour sa capacité à protéger et anonymiser les échanges. Son utilisation par les mouvements djihadistes a régulièrement suscité la polémique ces dernières années.

Organisation à but non lucrative, Telegram est basée sur des logiciels en open source, c'est-à-dire libres de droits et accessibles à tous afin d'en améliorer le programme, et rejette tout type de contrôle sur son fonctionnement et sa gouvernance.

Utilisées de plus en plus souvent, notamment par les startups, les ICO sont surveillées de près par les régulateurs par crainte de fraudes. Lors d'une telle opération, au lieu d'émettre des actions ou des obligations, une entreprise crée sa propre monnaie virtuelle ou des "jetons" échangeables en monnaie virtuelle, et les vend pour financer son développement.

D. L. avec AFP