BFM Business

STMicroelectronics : un nouveau plan stratégique déjà payant

Le groupe de semi-conducteurs STMicro a décidé de se désengager de sa coentreprise ST Ericsson.

Le groupe de semi-conducteurs STMicro a décidé de se désengager de sa coentreprise ST Ericsson. - -

L'annonce du groupe franco-italien, lundi 10 décembre, de se désengager de ST Ericsson, a très bien été accueillie par les marchés.

STMicro signe la plus forte hausse du CAC ce lundi 10 décembre à la mi-journée. Les marchés accueillent très favorablement l'annonce par le groupe d'un nouveau plan stratégique. Le géant européen des semi-conducteurs a notamment annoncé qu'il allait se désengager de sa co-entreprise en difficulté, ST-Ericsson.

Le groupe va se recentrer sur cinq relais de croissance, et notamment les MEMS, abréviation de microsystèmes électromécaniques. Derrière ce terme barbare, des petits composants qui sont en train de bouleverser certains de nos gestes quotidiens. La façon dont on se sert d'un téléphone : ce sont eux qui permettent par exemple, lorsqu'on tourne son smartphone à l'horizontale ou à la verticale, de voir l'écran obéir. Ou encore la façon dont on joue. Récemment, STMicro a signé avec Nintendo pour la manette de sa dernière console, la WiiU. L'accéléromètre de celle-ci, qui permet de prendre en compte à l'écran les mouvements des joueurs, a été fabriqué par le groupe.

Un marché potentiel de six milliards d'euros

La spécificité de ces MEMS, c'est de prendre en compte l'environnement qui les entoure, comme la vitesse de l'air ou l'orientation. Les applications vont se multiplier dans les années qui viennent. On verra alors des téléphones équipés de capteurs de pression qui pourront vous signaler non seulement où vous vous trouvez, mais à quel étage d'un immeuble ou d'un centre commercial par exemple. Ou encore des capteurs de rythme cardiaque connectés à votre téléphone, et pourquoi pas à votre médecin. STMicro, leader mondial sur ce secteur, y voit l'un de ses relais de croissance, et pour cause : c'est un marché qui pourrait représenter 6 milliards de dollars d'ici quatre ans.

Anthony Morel