BFM Business

Smartphone: Xiaomi valorisé à 45 milliards de dollars

Xiaomi veut vendre 100 millions de téléphones l'an prochain.

Xiaomi veut vendre 100 millions de téléphones l'an prochain. - Wang Zhao - AFP

Le fabricant chinois de smartphones, troisième plus gros vendeur derrière Apple et Samsung, a levé 1,1 milliard de dollars. Il consolide sa place parmi les plus grosses entreprises au monde dans le secteur des nouvelles technologies.

Un nouveau poids lourd chinois de la téléphonie mobile émerge. Le fabricant de smartphones Xiaomi, souvent surnommé l'Apple chinois, vient de lever 1 milliards de dollars pour une valorisation de 45 milliards, ce qui en fait l'un des mastodontes du secteur. Un exploit pour une entreprise encore très jeune.

En chinois Xiaomi signifie "petit grain de riz". Mais ça fait longtemps que le groupe a dépassé ce stade. Créé il y a 4 ans seulement, aujourd'hui c'est le troisième fabricant mondial de smartphones, derrière Samsung et Apple. Sa valorisation de 45 milliards de dollars le place à peu près au niveau d'Airbus ou 8 fois plus que Blackberry, pour comparer avec un concurrent en déclin. Il est passé devant Uber, valorisé à 40 milliards de dollars.

Le créneau de Xiaomi : des smartphones haut de gamme vendus au prix low cost, directement en ligne -ce qui limite les intermédiaires. Ils sont vendus en moyenne entre 150 et 300 dollars.

Le Brésil ou la Thaïlande pour l'an prochain

De plus, il reprend tous les codes d'Apple. Sur scène, en jean/basket pour présenter ses derniers modèles, le patron du groupe Lei Jun a des faux airs de Steve Jobs. Apple, Xiaomi s'en inspire peut-être même un peu trop. Jony Ive, le designer en chef de l'iPhone, accuse son concurrent chinois de "vol et de fainéantise".

En tout cas la progression de cette entreprise est fulgurante. Le groupe compte vendre 100 millions de téléphones l'an prochain. Avec un enjeu : prendre une dimension mondiale. Ce n'est pas un hasard si l'an dernier Xiaomi a débauché Hugo Barra, l'un des grands pontes d'Android chez Google.

Il a déjà commencé à proposer ses produits à Singapour, en Malaisie, en Indonésie et en Inde. Il cible, le Brésil, le Mexique, la Thaïlande, la Russie et la Turquie en 2015.

Anthony Morel et BFMBusiness.com