BFM Business

Safran choisit Oberthur pour lui céder sa filiale biométrie

Safran est en négociations exclusives avec Advent International, associé à Bpifrance, pour lui céder son activité Identité et Sécurité, valorisée à 2,425 milliards d'euros

Safran est en négociations exclusives avec Advent International, associé à Bpifrance, pour lui céder son activité Identité et Sécurité, valorisée à 2,425 milliards d'euros - Eric Vernazobres-Safran

Safran est en négociations exclusives avec le fonds Advent, propriétaire d'Oberthur, associé à Bpifrance, pour lui céder sa pépite dans la biométrie et l'identité numérique, valorisée à 2,425 milliards d'euros. Les autres candidats au rachat, dont Gemalto, sont écartés.

Safran a fini par choisir Advent International, associé à Bpifrance qui investit à ses côtés, pour leur céder son activité Identity & Security. Le fonds propriétaire d'Oberthur a fait une offre de 2,435 milliards d'euros pour mettre la main sur cette pépite technologique mondialement reconnue dans la biométrie, l'authentification et l'identité numérique. Safran I&S emploie 7.800 personnes dans 50 pays et a réalisé un chiffre d'affaires de 1,6 milliard d’euros en 2015.

Pour sa part, Oberthur Technologies compte plus de 6.500 salariés dans le monde, pour des ventes annuelles de 1,2 milliard d'euros. La transaction devrait être bouclée courant 2017 à l'issue du processus réglementaire. À terme, l'objectif est une introduction en Bourse à Paris du nouvel ensemble qui réaliserait un chiffre d'affaires combiné de 2,8 milliards d'euros.

Bpifrance, investisseur public de long terme, prendra une participation dans le nouvel ensemble. Cette présence est aussi une garantie pour le gouvernement qui suivait de près cette cession en raison des technologies sensibles pour la sécurité publique et la défense, impliquées par cette vente. 

Le prix élevé de cession reflète la surenchère entre les prétendants

Le niveau élevé du prix de cession de l'activité de Safran témoigne de la surenchère entre les postulants. Ils étaient cinq à vouloir mettre la main sur ces technologies employées pour personnaliser des documents officiels sécurisés et pour bâtir des systèmes d'authentification par biométrie.

Dans la dernière ligne droite, Gemalto et Oberthur s'étaient disputés la filiale de Safran. Ils avaient fait une offre d'achat quasi-semblable, tout en menant un lobbying intense après des pouvoirs publics. L'enjeu consistait à s’engager sur le maintien de l’emploi en France et sur la garantie que les précieux brevets et technologies de l'ex-filiale de Safran restent dans l'Hexagone.

En interne, cette annonce en faveur d'Oberthur met fin à un long suspense pour le personnel. La CFDT s'était ainsi prononcée en faveur d'Oberthur, jugeant que les deux groupes étaient "tout à fait complémentaires", tandis que la CFE-CGC avait fait le choix inverse, se prononçant pour Gemalto et en émettant des réserves sur Oberthur. Advent avait pris les devants en précisant début septembre 2016 dans un courrier aux pouvoirs publics, ses engagements, notamment en termes d'emploi.

Frédéric Bergé