BFM Business

Remous autour de l'arrivée du patron de BPI chez Orange

Le directeur général de la Banque publique d'investissement va entrer au conseil d'administration d'Orange.

Le directeur général de la Banque publique d'investissement va entrer au conseil d'administration d'Orange. - THOMAS SAMSON / AFP

Nicolas Dufourcq va devenir administrateur de l’opérateur télécom. Et on lui prête l’ambition de prendre la tête du groupe l’an prochain. Ce qui n'est pas vraiment du goût de Stéphane Richard.

La succession à la tête d’Orange est lancée. Mercredi soir, l’opérateur télécom a confirmé la nomination de Nicolas Dufourcq, directeur général de la Banque publique d’investissement (BPI) à son conseil d’administration. Avec 9,56% du capital, la BPI est le deuxième actionnaire d’Orange derrière l’Etat qui détient 13,5%.

Son arrivée relance les spéculations sur l’avenir du PDG Stéphane Richard, dont le mandat se termine l’an prochain. Depuis plusieurs années, le monde des affaires prête à Nicolas Dufourcq des ambitions chez Orange. Il a passé une dizaine d'années chez France Télécom entre 1994 et 2003. Le groupe lui doit notamment la création de la division multimédia et l'émergence de Wanadoo en 1996. Au printemps 2014, son nom avait même déjà circulé comme candidat à la succession de Stéphane Richard qui terminait alors son premier mandat.

Une nomination que n'approuve pas Stéphane Richard

La tension avait été vive alors que le PDG d’Orange avait été mis en examen pour "escroquerie en bande organisée" dans l’affaire Tapie en 2013. Les ambitions de Nicolas Dufourcq étaient ressorties au grand jour. La Banque publique d’investissement avait aussi marqué sa méfiance à l’égard du projet, finalement avorté, de rachat de Bouygues Telecom l’an passé. Une opération portée à bras le corps par le PDG d’Orange.

"C’est vrai qu’on n'était pas allant, reconnaît un proche de la BPI. Mais la nomination de Nicolas Dufourcq est logique car Orange est notre grosse participation". Les 9,56% de la banque sont valorisés à près de 3,8 milliards d’euros et pèsent 25% de ses fonds propres. Un argument qui peine à convaincre. "Dufourcq a toujours voulu sa place, reconnait une source proche d’Orange. Mais il n’est pas coopté par le conseil d’administration et par Stéphane Richard comme l’a été Alexandre Bompard (PDG de Fnac-Darty). Il est le représentant de la BPI".

Cette nuance cruciale illustre la tension entre les deux hommes et confirme que cette nomination n’a pas été soutenue par le PDG d’Orange. "Et si le jeu consiste à en faire le prochain patron d’Orange, ce n’est pas le meilleur moyen d’être le représentant de l’Etat!" ajoute cette source qui rappelle que l’entreprise est privée et que l’Etat ne détient "que" 23% du capital.

Bercy met la pression sur Stéphane Richard

Et pour cause, la main invisible de Bercy semble derrière ce choix. "L’arrivée de Nicolas Dufourcq a été encouragée par le ministère de l’Economie qui met la pression sur Stéphane Richard, s’insurge un cadre de Bercy. Il joue la carte du recours pour sa succession, surtout s’il est condamné". Les relations entre Michel Sapin et le PDG d’Orange n’ont effectivement jamais été bonnes. En 2013, lors de sa mise en examen, Stéphane Richard n’avait été soutenu que du bout des lèvres par celui qui était alors ministre du Travail, relayant à l’époque la voix de François Hollande. Dernièrement, Bercy a fait voter les administrateurs de l’Etat contre la création d’Orange Bank, le grand projet de son patron.

La perspective du procès Tapie, en 2018, relance la crainte d’une condamnation qui serait fatale à Stéphane Richard. A un an de l’échéance de son second mandat à la tête d’Orange, les spéculations repartent de plus belle. Chez BPI, on note que Nicolas Dufourcq est souvent cité, à tort, pour des postes de grandes entreprises. L’an passé, son nom avait déjà circulé pour la direction d’Air France. A l’époque, le patron de BPI s’était fendu d’un tweet humoristique pour démentir ces rumeurs. Au sujet d'@airfrance, merci à ceux qui me verraient bien m'envoler d'arrêter de rêver :)

Matthieu Pechberty