BFM Business

Publicité: Snapchat est-il une menace pour Facebook?

Snapchat devrait s'introduire en Bourse au premier trimestre 2017

Snapchat devrait s'introduire en Bourse au premier trimestre 2017 - Lionel Bonaventure - AFP

Martin Sorrell, le patron du numéro 1 mondial de la pub WPP, a indiqué que ses clients avaient dépensé 90 millions de dollars l'an passé sur Snapchat, trois fois plus que prévu. Au point d'inquiéter Facebook, pense-t-il.

Snapchat fait-il trembler les autres réseaux sociaux? C'est ce que semble insinuer Martin Sorrell, le patron de WPP, le plus grand groupe publicitaire au monde.

Dans un entretien accordé à la chaîne CNBC, il explique ainsi que ses clients ont dépensé pas moins de 90 millions de dollars en 2016 pour passer des annonces sur ce réseau social très prisé des jeunes.

Ce chiffre a d'ailleurs plusieurs fois été révisé à la hausse. Début 2016, WPP ne tablait encore que sur 30 millions de dollars... Au final, Martin Sorrell considère que le chiffre d'affaires total de Snapchat pourrait largement dépasser les 350 millions de dollars estimés par certains médias américains.

"Facebook est préoccupé"

Faut-il dès lors y voir une menace pour Facebook qui arrive, lui, à dégager plus de 17 milliards de dollars de recettes publicitaires (en 2015)? C'est ce que semble croire Martin Sorrell.

"[Snapchat] devient clairement une dangereuse alternative à Facebook et je pense qu'il s'agit d'une grande opportunité pour eux. Nous savons d'ailleurs que Facebook a essayé plusieurs fois de les acheter", a-t-il déclaré à CNBC. "Je pense que Facebook est préoccupé par cette opposition", a-t-il ajouté.

Des informations de presse avaient en effet révélé que les propriétaires de Snapchat avaient refusé une offre de rachat de la part de Facebook s'élevant à 3 milliards de dollars. Ce qui aurait permis à Evan Spiegel et Bobby Murphy, les deux co-fondateurs du groupe, d'empocher 750 millions de dollars chacun.

Peut-être que ce refus va s'avérer payant. Snap Inc, la maison-mère de Snapchat, est en train de préparer son introduction en Bourse pour le premier trimestre 2017. Selon les médias américains, la levée de fonds, qui pourrait s'élever jusqu'à 4 milliards de dollars, valoriserait alors la société entre 25 milliards et 35 milliards de dollars.

Julien Marion