BFM Business

Prostitution : le chant pour retrouver confiance en soi

-

- - -

BFM PARTENAIRE - À travers un projet artistique ambitieux, l’association The Real Me, qui oeuvre depuis trois ans auprès des femmes qui travaillent dans le bois de Vincennes, entend les aider à retrouver confiance en elles et changer le regard de la société sur la prostitution.

"Le chant est parfois bien plus efficace que de longs discours", assure Pierre Chupin, co-fondateur de l’association The Real Me. Depuis trois ans, ce jeune trentenaire concède une large partie de son temps aux femmes qui travaillent dans le bois de Vincennes et qui sont la plupart du temps victimes des réseaux de prostitution. Son arme : le chant. Après avoir réalisé des maraudes dans le bois pendant deux ans pour l’association "Aux captifs la libération", Pierre a souhaité aller plus loin et donner directement la parole à ces femmes, trop souvent dénoncées ou victimisées dans les médias. Convaincu que l’art est une forme de thérapie efficace, il s’est entouré de plusieurs professeurs de chant et a mis sur pied, notamment grâce à la bourse de 10 000 euros délivrée en 2016 par La Fabrique Aviva, un cours hebdomadaire auquel les femmes peuvent assister bénévolement. "Le chant est universel et se partage facilement. Il offre aux femmes la possibilité de s’exprimer mais aussi de travailler leur respiration, de réapprendre à être fières d’elle-mêmes", affirme Pierre Chupin. Au-delà de sa dimension sociale, le projet engagé par l’association The Real Me, qui compte aujourd’hui six bénévoles, est avant tout un véritable projet artistique. Mené par Gloria, qui tout en travaillant au bois a pu perfectionner sa voix, le groupe a donné un concert dans les studios de Radio France en septembre dernier et a travaillé sur la bande-originale d’un film. Prochaine étape : une soirée organisée dans le courant de l’été qui permettra aux autres femmes de l’atelier de connaître leur première expérience de la scène.

le chant pour retrouver confiance en soi
le chant pour retrouver confiance en soi © The Real Me

Un travail de longue haleine

"La découverte de la réalité du bois de Vincennes a été une véritable claque", se souvient Pierre Chupin qui réalise alors la distance entre les préjugés qu’il pouvait avoir sur la prostitution et la condition réelle de ces femmes. Sa volonté de fer ne l’empêche pas d’être lucide : il ne peut pas lutter contre les réseaux mais il s’engage à améliorer un peu le quotidien de ces femmes. "La finalité de notre projet n’est pas de les sortir du bois, même si c’est ce qu’on leur souhaite de tout cœur", explique le fondateur de l’association. "Le processus pour sortir de la prostitution dure des années, cela se construit petit à petit. The Real Me travaille vraiment en amont pour aider ces femmes au jour le jour, pour leur redonner confiance en elles", ajoute-t-il. Au-delà de l’accompagnement de ces femmes, Pierre Chupin espère bien pouvoir changer un peu le regard de la société sur la prostitution et casser les nombreux préjugés qui existent. "Nous avons d’excellents retours notamment sur les concerts que nous organisons", souligne-t-il, "car les spectateurs voient avant tout des artistes, et non pas des prostituées". La route est encore longue mais les premières étapes sont franchies.

En 2016, l’association The Real Me a bénéficié d’une aide de 10 000 euros de la part de La Fabrique Aviva, dans la catégorie "Renforcer le lien social". Si vous souhaitez découvrir les nouveaux projets déposés en 2017 et voter pour l’un d’entre eux, rendez-vous sur :
www.aviva.fr/lafabrique

> Pour en savoir plus sur La Fabrique Aviva

> Découvrez la liste complète des grands gagnants de l’édition 2016

Mélanie Rostagnat