BFM Business

Pourquoi Vivendi pourrait se séparer de GVT

Vivendi pourrait achever son recentrage sur les médias en vendant son dernier actif dans les télécoms.

Vivendi pourrait achever son recentrage sur les médias en vendant son dernier actif dans les télécoms. - -

L'offre de Telefonica pour l’opérateur brésilien, à hauteur de 6,7 milliards d'euros, pourrait offrir une opportunité au groupe français, qui cherche à s'en séparer pour se recentrer sur les médias.

Vivendi va-t-il céder son dernier actif dans les télécoms? Telefonica a fait, ce mardi 5 août, une offre à 6,7 milliards d'euros pour reprendre l'opérateur brésilien GVT, qui appartient au groupe français depuis 2009.

Depuis des mois, GVT fait tache au sein d'un groupe Vivendi recentré sur les médias. Après la vente des autres actifs télécoms, SFR et Maroc Telecom, l'opérateur brésilien n'a donc plus vraiment sa place au sein du groupe français.

Jean René Fourtou, qui vient de quitter la présidence du groupe, a tenté en vain jusqu'à son départ de céder GVT.

Nouvelle priorité de Vincent Bolloré

Il faut dire que l'opérateur brésilien est considéré comme la pépite de Vivendi: pas question pour la direction de le brader.

L'affaire paraissait en jachère: l'offre de Telefonica pourrait enfin offrir une porte de sortie honorable. Les fonds récupérés pourraient alimenter la stratégie d'acquisition du groupe.

C'est d'ailleurs devenu la priorité de Vincent Bolloré, le nouveau patron du conglomérat. L'homme d'affaires estime que Vivendi doit passer du statut de holding financière à celui de groupe industriel intégré dans les contenus, autour d'Universal Music et Canal Plus.

Simon Tenenbaum